Etat de droit (accueil)

FORUM

Réforme de l'Éducation nationale | Réforme de la Justice

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

PrincipesGenèse

Sanctions à l'école / en éducation

L'étude de novembre 2008 / mars 2009

Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (17-18)

Les « arguments » les plus utilisés pour défendre l'idéologie anti-sanction à l'école

17ème argument anti-sanction à l'école : sanctionner l'enfant, c'est le stigmatiser.

C'est le montrer du doigt, c'est le différencier, le séparer des autres, L'EXCLURE... Donc ça n'est pas joli-joli.
  Nous vivons une époque schizophrénique : d'un côté, nous faisons l'éloge de la diversité ; de l'autre, nous voulons tout uniformiser, la moindre différence de traitement étant vécue comme une intolérable discrimination... Bien sûr, il faut dénoncer les vraies discriminations, celles qui jugent au faciès ou à la géographie ou à l'âge. Mais le principe de sanction — appliqué de façon républicaine et humaniste — n'est basé ni sur le faciès, ni sur la géographie, ni sur l'âge ! Il est basé sur le comportement de chaque individu, adulte ou enfant.
  Lorsque ce principe de sanction est appliqué, il en découle bien entendu une différence de traitement entre les individus mais cette différence ne peut pas être assimilée à une discrimination ou « stigmatisation » dans la mesure où elle est le résultat d'une différence de comportement. La sanction permet de signifier au fautif qu'il a fauté et que la balle est dans son camp : s'il veut faire cesser la différence de traitement dont il fait l'objet, il lui suffit de faire lui-même cesser les atteintes aux règles communes dont il est l'auteur. Sanctionner, c'est donc responsabiliser (contrairement à ce que disent tous ceux qui veulent, une fois de plus, séparer la sanction de la responsabilisation), c'est dire au fautif qu'il a le pouvoir de faire cesser la sanction qui le vise en modifiant son comportement.

18ème argument anti-sanction à l'école : « nous, on aime les enfants ! »

Version plus subtile et perverse de l'argument précédent. C'est souvent dit sur un ton badin, l'air de rien... Mais on voit bien la grossière manipulation : ceux qui sanctionneraient N'AIMENT PAS les enfants. Ben voyons ! Ce type de discours concentre en lui à peu près toutes les mauvaises fois déjà répertoriées en y ajoutant cette fort sournoise culpabilisation, très aiguisée, qui touche au cœur de n'importe quel professeur : être accusé de ne pas aimer les enfants, pour un professeur qui s'investit dans son travail, c'est l'insulte suprême !
  Dès lors, on peut comprendre que la plupart de nos professeurs cèdent à ce type de pression, à cette grossière démagogie. Plus c'est gros, plus ça passe ! Ils vont très vite protester en répondant qu'ils ne cherchent pas à punir, que c'est exceptionnel... Et à force de le dire, ils SE le disent ; et à force de se le dire, ils sanctionnent moins, punissent moins, et les anti-sanction — les pourfendeurs de l'esprit critique — une fois de plus gagnent la partie... Pour nous la faire perdre à tous.

réagir

Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

Accessibilité Problème de vue ? Affichage XXL !

L'Etat de droit en France : éducation, Justice, société.

2006-2009 © Etat de droit / Jean-Yves Willmann