Etat de droit (accueil)

FORUM

Réforme de l'Éducation nationale | Réforme de la Justice

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

PrincipesGenèse

Sanctions à l'école / en éducation

L'étude de novembre 2008 / mars 2009

Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ?

Les « arguments » les plus utilisés pour défendre l'idéologie anti-sanction à l'école

Depuis longtemps et encore récemment, Etat de droit a indiqué qu'à l'origine des graves problèmes d'indiscipline et de violences à l'école on trouvera cette redoutable idéologie anti-sanction qui gangrène tous les esprits depuis plus de 20 ans. De là provient en effet ce vaste mouvement contemporain qui consiste à rechercher toujours plus d'excuses aux auteurs de comportements anti-sociaux à l'école (comme ailleurs) et sa traduction institutionnelle dans les plus laxistes Bulletins Officiels de l'Education Nationale qui aient jamais été commis.
  Pourquoi cette idéologie anti-sanction à l'école perdure-t-elle depuis si longtemps ? Pourquoi continue-t-elle encore d'être soutenue par (semble-t-il) une assez large majorité de professeurs des écoles ou professeurs de collèges et lycées ? Plutôt que de s'attarder sur une recherche historique des causes de ce monumental lavage des cerveaux, il est apparu plus utile ici de présenter les principaux « arguments » anti-sanction avancés — souvent des craintes exagérées, des y-a-qu'à, des il-faut-que, des il-suffit-de, des vœux pieux, voire des c'est-la-faute-de... — par tous ceux qui continuent obstinément à dénigrer le principe même de la sanction à l'école. Bien entendu, après chaque raison invoquée par les opposants à toute sanction à l'école, Etat de droit se réserve le droit de faire valoir ses propres arguments en faveur de la sanction à l'école dès lors que son application est subordonnée aux nécessaires autres principes de contrôle, garde-fous, proportionnalité, bienveillance...

1er « argument » anti-sanction à l'école et en éducation : le défaitisme a priori.

2ème argument contre la sanction en éducation : un renvoi de l'école mettrait en danger la scolarité de l'enfant !

3ème argument anti-sanction à l'école : un renvoi « mettrait l'enfant à la rue ».

4ème argument contre la sanction à l'école ou en éducation : on ne punit pas un enfant en souffrance !

5ème argument anti-sanction à l'école : « éducation et prévention valent mieux que sanction ».

6ème argument anti-sanction à l'école : il existe déjà suffisamment de sanctions !

7ème « argument » anti-sanction à l'école : il suffit d'outrepasser les règlements !

8ème argument anti-sanction à l'école : un renvoi de l'école ne sera pas efficace !

9ème argument anti-sanction à l'école : et si les professeurs abusaient du pouvoir nouveau qui leur est accordé ?

10ème argument anti-sanction à l'école : il suffit d'être... un professeur parfait !

11ème argument anti-sanction à l'école : il suffit d'avoir une équipe solidaire !

12ème « argument » anti-sanction à l'école : les familles sont trop permissives !

13ème « argument » anti-sanction à l'école : la sanction, c'est le retour au passé !

14ème « argument » anti-sanction à l'école : vouloir punir, c'est être « de droite ».

15ème argument anti-sanction à l'école : la clémence vaut mieux que la sanction ou la punition et le pardon vaut mieux que la répression...

16ème argument anti-sanction à l'école : sanctionner l'enfant le rend malheureux.

17ème argument anti-sanction à l'école : sanctionner l'enfant, c'est le stigmatiser.

18ème argument anti-sanction à l'école : « nous, on aime les enfants ! »

19ème argument anti-sanction à l'école : « les enquêtes / études montrent que… »

20ème argument anti-sanction à l'école : « on n'a pas assez cherché, pas encore trouvé », il nous faut plus de crédits, une vraie aide de l'Etat...

21ème argument anti-sanction à l'école : « la situation n'est pas si grave... »

22ème argument anti-sanction à l'école : « renvoyer un collégien quelques jours, ça l'arrange plus que ça le punit ».

23ème argument anti-sanction à l'école : le renvoi aggrave l'absentéisme scolaire.

24ème argument anti-sanction à l'école : « il faut leur faire prendre conscience » de la gravité de leurs actes plutôt que de les punir.

25ème argument anti-sanction à l'école : punir, c'est une violence faite à l'enfant.

 

En conclusion... — enfin ! diront certains — commençons par répondre à une interrogation légitime : pourquoi avoir prolongé cette étude pendant cinq mois, pourquoi un texte aussi long ?
Réponse : parce que cette question de la posture anti-sanction à l'école (qui se sera également répandue, peu à peu, dans les foyers) est probablement l'une des plus FONDAMENTALES qui soit si l'on veut comprendre les raisons profondes de l'impasse actuelle. Elle explique 25 ans d'errance, un quart de siècle au cours duquel tous les prétextes ont été bons pour dérouler méthodiquement le tapis rouge devant cette nouvelle religion des soi-disant ultra-laïques de l'école d'aujourd'hui, qui ne sont autre que des ultra-dogmatiques déguisés en laïques.
  Ce qui est frappant dans le discours très culpabilisateur des partisans de l'idéologie anti-sanction à tout crin, c'est qu'ils n'incriminent jamais les textes dans leurs pseudo-analyses de la situation. A croire que les textes n'existent pas... Non, pour eux, seules semblent compter les attaques personnelles contre tel ou telle responsable politique. A moins que ce ne soit les habituelles postures de principe apprises par cœur... Mais tout ce qui touche de près ou de loin à une attitude rationnelle, basée sur des retours d'expériences aussi objectifs que possible (dénués de tout a priori), leur passe très au-dessus de la tête. Rarement certaines « sciences » auront été aussi peu scientifiques. Un vrai retour au Moyen-Âge.
  Il devenait donc indispensable que Votre site Etat de droit présente en profondeur les principaux « arguments » anti-sanction avancés afin d'en démontrer l'inconsistance. Il appartient désormais aux esprits responsables de ce beau pays qu'est la France de se saisir à leur tour de cette question cruciale pour opposer à tous les dogmatismes obtus enfin un peu de raison et de modération.

réagir


Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Etudes 2007 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (1) : la Palme... (3 juil.)

Fermeté à l'école : 1 sur 8 000 000 000 (15 juil.) France, terre de répression ? (août)

La loi Dati ne fera pas date (sept.) Les droits des enfants de nouveau bafoués (oct.)

Bulletins Officiels de l'Education Nationale (2) (nov.) L'Etat de droit en France (déc.)

Etudes 2008 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (3) : les 10... (janv.)

Réforme de l'école : les fausses bonnes idées (févr.) Rétention de sûreté [...] (mars)

Parents d'élèves : le pouvoir [...] (avril) Autorité : le lavage des cerveaux [...] (mai)

Obéissance, désobéissance... (juin) L'autorité du professeur : histoire d'un rapt (juil.)

Victor Hugo, l'autorité et le pouvoir (1) (août) Victor Hugo, l'autorité [...] (2) (sept.)

2009 / 2011 Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (fin 2008 / déb. 09)

Violences scolaires : ils SAVAIENT... (mai 09) Quand trop de droits tue le droit (août)

Education nationale : l'inertie... (jan. 10) Violences scolaires - peur à l'école (fev. 10)

Etat de droit et autorité (juin 11) Moralisme français - pragmatisme anglais (août 11)

Propositions majeures Pourquoi remanier la Convention des droits de l'enfant ?
Accroître le pouvoir du professeur vis-à-vis des élèves, avec limites et garde-fous.
Réhabiliter les punitions et les sanctions à l'école avec retenue et discernement...

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

état de droit + réformes : éducation, droits, justice sociale

© Etat de droit — Jean-Yves Willmann — 2006-2015