Etat de droit (accueil)

FORUM

Réforme de l'Éducation nationale | Réforme de la Justice

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

PrincipesGenèse

Sanctions à l'école / en éducation

L'étude de novembre 2008 / mars 2009

Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (11)

Les « arguments » les plus utilisés pour défendre l'idéologie anti-sanction à l'école

11ème argument anti-sanction à l'école : il suffit d'avoir une équipe solidaire !

Dont une direction sans faille ET une hiérarchie qui vous soutienne activement tout le temps. Et le tour est joué ! Déclinaison au pluriel de « l'argument » précédent.
  Oui mais voilà : ce n'est pas toujours le cas... Il est même probablement assez rare que TOUTES ces excellentes conditions soient réunies. Encore plus rare qu'elles le soient en permanence. Et parfois, quand bien même chacun des membres d'une équipe pédagogique serait de très bonne volonté et d'une très haute compétence, il est de ces situations scolaires voire extra-scolaires où la solidarité collective des professeurs ne pourra pas faire des miracles. Bien sûr, l'affichage est toujours guilleret : on ne baissera jamais les bras ! On s'en sort. On en veut. On est soudé. On fait face. Dans ma classe, c'est moi le chef ! (...) Tout cela est bien beau. C'est même plutôt réconfortant et honorable, jusqu'à un certain point... (Le risque d'un abus de pouvoir n'étant pas nul dans la dernière exclamation.) Mais quand on creuse un peu, on s'aperçoit assez souvent que la réalité est moins glorieuse, à commencer par des résultats scolaires rarement au rendez-vous dès que le niveau d'indiscipline et de violence à l'école devient élevé. C'est par exemple, un jour, cette professeur qui commence à vous dire qu'elle n'a pas de problème particulier dans sa classe (...) MÊME SI c'est vrai (lâche-t-elle 10 minutes plus tard) que le niveau de ses élèves n'est pas fameux [comprendre : très mauvais] ; avant de finir par reconnaître (au bout d'une demi-heure, en chuchotant) qu'elle a réussi à se faire accepter par ses élèves au bout de 4 ou 5 mois. Ceux qui n'ont pas encore compris pourquoi le niveau scolaire est en baisse (et la violence scolaire en hausse) arriveront peut-être à comprendre que si d'emblée la moitié de l'année est perdue, le seul fait d'appartenir à une équipe pédagogique très solidaire et investie ne suffira pas à transformer les quelques mois restants en une année scolaire pleine et entière...
  Le problème de cette attitude — du professeur qui compte avant tout sur la solidarité entre collègues — n'est bien sûr pas de l'avoir, mais d'en tirer argument pour assurer mordicus qu'une élévation du niveau de sanction ou de punition à l'école serait à coup sûr inutile et malvenue, nouvelle illustration de cette tendance lourde à vouloir opposer artificiellement des choses qui n'ont pas lieu de l'être, à savoir : d'une part la solidarité entre professeurs, et d'autre part, la question du niveau actuel de sévérité à l'école.
  On l'a compris, l'idée centrale de cet argument anti-sanction est : si nous sommes solidaires et dynamiques, nous n'aurons pas besoin de punir. A cela, commençons par répondre que la démarche du site Etat de droit ne consiste pas à remplacer ce qui est positif par ce qui pourrait l'être encore plus, mais à additionner tous les éléments qui peuvent concourir à une amélioration de la situation dans nos écoles, collèges et lycées (comme on additionnerait les bonnes volontés). Plus précisément, s'en tenir à la seule bonne entente entre professeurs (qui n'est pas acquise d'avance) pour résoudre des problèmes de comportements de plus en plus graves dès l'école primaire, c'est renoncer à toute autre logique que celle du sparadrap, du colmatage, de l'urgence, au mieux de la demi-heure qui suit.
  Bien sûr on prévoit des choses, des petits projets, des séquences finement préparées ; mais c'est pour annoncer aussitôt à ses collègues que si l'on arrive à en réaliser le quart, c'est l'exploit ! A aucun moment il ne viendrait à l'esprit de tous ceux qui ont été conditionnés — à l'idéologie anti-sanction — cette simple idée que des punitions ou sanctions enfin dissuasives (quoique tout à fait contrôlées et proportionnées) pourraient être plus efficaces dans la remise au travail de certains élèves. Même si vous leur dites : expérimentons ! testons ! et nous verrons ensuite si nous pouvons en tirer quelques conclusions ! Eh bien non... Ils vous répondent : à quoi ça sert d'expérimenter puisque nous savons bien que cela ne marchera pas ?...
  Les professeurs ou parents d'élèves les plus « laïques » et les pseudo-scientifiques des « sciences de l'éducation » font preuve à cet égard d'un esprit bien plus religieux que scientifique. Qu'est-ce que l'esprit scientifique ? Réponse d'Albert Einstein : Douter. Chercher. Découvrir. Prouver. Rajoutons : se débarrasser de l'esprit de renoncement.

  Oui, la solidarité, cela peut aider. Oui c'est important. Oui, le soutien qu'un collègue peut apporter à un autre collègue, c'est toujours appréciable et bienvenu. Mais non, tout ne peut pas être réglé par le seul esprit de groupe. Non, la seule solidarité entre professeurs n'a jamais résolu — sur le long terme — de graves ou récurrents problèmes d'irrespect, d'indiscipline ou de violence à l'école. Et surtout : NON, cela ne permettra pas de faire obtenir de bons résultats scolaires à des élèves que le moindre effort rebute depuis qu'ils sont tout petits.

réagir

Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

Accessibilité Problème de vue ? Affichage XXL !

L'Etat de droit en France : éducation, Justice, société.

2006-2009 © Etat de droit / Jean-Yves Willmann