Etat de droit (accueil)
Principes
Enfant
Droits
indiscipline à l'école | violences à l'école | autorité à l'école

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

réforme de la justice pénale et civile en Franceréformes dans la société française 
 et autorité de l'Etat

réforme de l'école primaire et de l'éducation nationale

L'étude du 21 février 2008

Réforme de l'école : les fausses bonnes idées

Sur la réforme de l'école primaire et de l'Education nationale en général

On se contentera de donner un aperçu de quelques-unes des « réformes-miracles » perpétuellement ressassées depuis un quart de siècle, qui continuent encore d'être proclamées comme on proclamerait la venue d'un nouveau messie. Problème : ces « bonnes idées » de réforme de l'école primaire (ou de l'Éducation nationale dans une vision globale) non seulement ne résolvent rien ou pas grand-chose des problèmes de l'école, mais même, entretiennent les difficultés de cette école. Etat de droit s'attache ici à l'expliquer.

 

1er mythe sur la réforme de l'école : il faut plus de « moyens », plus d'argent !

Qu'il s'agisse d'augmenter les effectifs, les salaires ou autres dotations quelles qu'elles soient, ce premier mythe de la réforme est celui qui revient le plus souvent, notamment dans la bouche des syndicats de l'Education nationale dont c'est le leitmotiv immuable. Au sein de cette première catégorie, on distinguera deux affirmations plus précises, qui reviennent assez fréquemment :
— l'école irait mieux si l'on payait mieux les professeurs, surtout ceux qui débutent ;
— il faut dégager plus de moyens (dépenser toujours plus) pour les élèves les plus en difficulté.
  C'est oublier que l'argent coule à flot depuis fort longtemps et que dans le même temps les problèmes de l'école se sont accumulés : tous les chiffres et rapports officiels indiquent une forte croissance du nombre de professeurs par rapport au nombre d'élèves depuis plusieurs décennies ; le statut de professeur des écoles, plus favorable que celui d'instituteur, a déjà été créé ; les structures ou classes à très faible effectif d'élèves se sont multipliées ; les aides diverses et variées se sont accumulées, par exemple en ZEP (Zone d'Education Prioritaire) pour emmener les élèves au théâtre ou même leur payer une semaine de sports d'hiver... Et pour quels résultats ? Le Haut Conseil de l'Education a rendu sa copie en 2007 : d'après lui, 40 % des élèves quittent l'école primaire avec de graves lacunes.
  Concernant maintenant l'assertion selon laquelle les jeunes professeurs ne seraient pas bien payés, il serait sans doute plus juste de dire : ils ne sont pas très bien payés par rapport à leurs difficiles conditions de travail (les écoles les plus dures). Le problème n'est donc pas tant la paye (d'autant que les échelons augmentent vite en début de carrière) que les conditions de travail à l'école. Si l'on voulait vraiment réformer l'école avec quelques chances que cette réforme soit utile, il faudrait commencer par restituer aux professionnels de l'école une autorité institutionnelle suffisante, thèse largement défendue par Etat de droit.
  Quant à l'idée récurrente de « mettre le paquet » (au sens propre : un gros tas de billets...) pour les élèves les plus en difficulté, il suffit de connaître un peu l'Education nationale pour savoir que l'argent est surtout dépensé pour des élèves « en difficulté comportementale » (appellation pudique) plutôt que pour les élèves en difficulté d'apprentissage. Il s'agit-là d'une conséquence directe du principe de l'école obligatoire et de l'idéologie anti-sanction qui transpire de toute part dans les Bulletins Officiels de l'Education Nationale des années 1985 à 2000. Et à force de croire que tous les élèves sont fait pour l'école, à force de faire croire que l'on réforme cette école alors que les mêmes principes ultra-rigides ne souffrent toujours aucune exception, nous sommes en passe de dégoûter tous les élèves de l'école...

 

2ème mythe sur la réforme de l'école : il faut une pédagogie « différenciée » !

La « réforme », ici, consiste à réclamer une pédagogie toujours plus individualisée : nous sommes dans la logique du cours particulier mais avec 30 élèves... L'idéal, selon certains, serait que le professeur donne un exercice précisément adapté à chaque élève, à son niveau, pour ne pas dire à sa seule volonté.
  Cette théorie paraît belle à ceux qui ne l'ont jamais pratiquée, mais elle n'est pas extensible à l'infini. Certes, le bon professeur fait tout son possible pour essayer de faire réussir chaque élève. Il aura souvent le réflexe d'aider un peu plus tel élève en difficulté et de prévoir un exercice supplémentaire pour l'élève en avance. Mais dans des classes où les élèves ont des niveaux extrêmement différents, le professeur ne peut pas se subdiviser par 30. Et si l'on veut alors complètement mettre en œuvre la Géniale Solution venue d'En Haut — la formidable réforme de l'école en promotion toute l'année — on retombe dans le premier mythe : la nécessité d'un apport supplémentaire d'adultes, donc un coût supplémentaire pour la collectivité...
  Du reste, ériger cette différenciation en idéal, c'est l'assurance du nivellement par le bas, les élèves n'étant jamais contraints à rien ; demander au professeur de s'adapter toujours plus à l'élève, mais jamais à l'élève de s'adapter aux objectifs et règles de l'école, c'est continuer de s'enfoncer dans une utopique impasse jonchée d'argent jeté par les fenêtres.
  La vraie réforme de l'école, en l'occurrence, ce serait celle-là : exiger un petit effort d'adaptation de chaque élève ! Car depuis 20 ans, on ne réforme pas l'école : on la déforme. Comme le vocabulaire.

 

3ème mythe sur la réforme de l'école : il faut modifier les programmes...

Il faut programmer plus de sport, enlever un peu de ceci, rajouter un peu de cela, changer les horaires pour la énième fois, faire chanter la Marseillaise debout, etc. etc.
  Mieux adapter les programmes de l'Education nationale aux objectifs de l'école ne constituerait pas un leurre SI la question de la véritable autorité (contraignante) et des réelles sanctions (faciles à mettre en œuvre et dissuasives pour les plus lourdes) était enfin sérieusement traitée. Etat de droit ne s'opposerait pas à une réforme de l'école visant à renforcer l'enseignement des matières les plus fondamentales. Mais on aura beau concocter les meilleurs programmes qui soient, les triturer dans tous les sens, ils resteront lettre morte dans nombre d'écoles primaires et d'établissements scolaires tant que l'on n'aura pas restitué aux professeurs et à tous les professionnels de l'école les attributs (institutionnels) de l'autorité. Au moins un minimum. Or, les actuelles idées de réforme de l'école n'incluent presque jamais la question des sanctions...
  C'est là que se situe le nœud du problème : beaucoup d'acteurs de l'éducation en France évoquent la nécessité d'en revenir à certaines exigences à l'école MAIS rejettent absolument toute idée de contrainte envers les élèves... Ils ne répondent jamais à la question : que faire, concrètement, lorsqu'un élève refuse la plupart des exigences du professeur ? (Ou quand un professionnel de l'école commet des fautes flagrantes et répétées sans circonstances atténuantes particulières ?) Que faire encore quand la meilleure méthode du monde ne parvient jamais aux oreilles de certains élèves, trop occupés à s'invectiver les uns les autres ? C'est précisément à ce type de questions que répondent les propositions de réforme de l'école primaire et de l'Éducation nationale d'Etat de droit.

 

4ème mythe sur la réforme de l'école : il faut plus évaluer élèves et professeurs.

Il faut recenser davantage les lacunes, les violences... sans jamais en tirer aucune conséquence !
  Quand on ne sait pas résoudre, on recense, on évalue, on discute, on crée une nouvelle commission, un nouveau débat, on fixe un nouvel objectif (inatteignable), on invente de nouvelles grilles d'évaluation, de nouveaux sigles et formalités... On parle de réforme pour parler de réforme et calmer le bon peuple. Mais pendant ce temps-là, sur le terrain, dans les classes et cours de récréation, la situation continue de se détériorer. Notre école n'en finit pas de s'enfoncer pendant que pontes et savants continuent de palabrer, satisfaits d'eux-mêmes et de leurs indemnités.
  Pour ce qui est de l'évaluation nationale de l'élève, nous ne cessons de dépenser des crédits pour vérifier encore et toujours ce que tout le monde sait déjà. Et dans quel but ? Dans quel esprit de réforme ? Pour apporter quoi à notre école ? Uniquement pour nous le répéter ! Vérifier chaque année à quel point l'école va mal est devenu LA fin en soi. Et d'ailleurs, même cela, nous n'y arrivons pas bien : d'un côté, on trouvera toujours des adeptes de l'anti-autorité — de l'idéologie anti-sanction — estimer que l'école d'aujourd'hui ne se porte pas si mal ; d'autre part, les évaluations nationales surestiment la réalité.
  En fait, que se passe-t-il quand on a établi pour la vingtième fois qu'un élève n'est pas au niveau ? On le fait passer dans la classe supérieure ! Voilà à quoi aboutissent nos grandes idées de réforme de l'école primaire et de l'Education nationale ! Voilà le formidable progrès qu'offre l'évaluation à l'Education nationale...
  Que se passe-t-il encore lorsqu'un élève est signalé pendant toute sa scolarité pour violences ? On se donne rendez-vous l'année prochaine pour ne pas manquer de le signaler à nouveau ! Que se passe-t-il enfin lorsqu'un professeur en fin de carrière est jugé négativement par son inspecteur ? Il n'a que 18/20. (Au lieu de 20/20 pour le bon professeur.) Quand « réforme de l'école » — de l'école primaire ou de l'Education nationale dans son ensemble — rime avec parole et parole et parole...

 

5ème mythe sur la réforme de l'école : améliorons la formation des professeurs !

C'est la parade fréquemment avancée pour pallier l'échec scolaire et les incivilités à l'école. La « réforme de l'école » prend ici l'une de ses tournures les plus routinières. Or, dans les IUFM, certains professeurs (des futurs professeurs) passent leur temps à enseigner que punir un élève aggrave la violence scolaire, message que nos contemporaines réformes de l'école primaire ou de l'Education nationale auront bien repris... Ainsi, améliorer la formation des professeurs ET punir le moins possible les élèves constituent deux injonctions fréquentes dans toute réforme de l'école en France depuis 20 ans. Conclusion : nos professeurs doivent donc apprendre à « encaisser » sans broncher les comportements les plus irrespectueux... (Décryptage des explications du Ministère de l'Education Nationale.)
  Pour certains responsables de l'Education nationale en France, LA solution au problème de la violence à l'école est ainsi de transformer le professeur en punching-ball. Sacrée réforme ! Bien sûr, cette joyeuse trouvaille est enrobée de savantes confusions très à la mode, comme celles qui dénaturent la notion d'autorité à l'école... Mais tout cela ne profite guère à la transmission des connaissances, qui ne peut s'exonérer d'un minimum de respect des règles et d'autrui, paramètre sur lequel le professeur pourrait peser si l'on voulait bien lui restituer UN PEU de son autorité de professeur, véritable réforme de l'école — ou plutôt : contre-réforme de l'école dans le contexte actuel... — qui attend toujours l'adhésion du petit monde de l'éducation en France.
  Il y a pourtant un vrai problème d'efficacité qui se pose (mais que ce 5ème mythe de la réforme de l'école ne résout nullement) : moins les professeurs peuvent se faire respecter, moins ils sont efficaces et plus rares sont les nouveaux candidats, donc moins bons les résultats scolaires, moins bon le niveau des futurs professeurs et toujours moins grande l'efficacité de l'école. Quand la réforme de l'école tant attendue se transforme en cercle vicieux...

 

6ème mythe sur la réforme de l'école : donnons plus de pouvoir au directeur de l'école ou au chef d'établissement vis-à-vis des professeurs pour qu'il puisse directement les recruter, davantage les noter, voire les renvoyer...

  Donner plus de pouvoir au chef d'établissement (ou au directeur d'école) n'est pas en soi une mauvaise idée mais pourquoi la redistribution du pouvoir à l'école n'est-elle toujours envisagée qu'au détriment des professeurs ? Ces derniers n'ont déjà pratiquement plus aucun pouvoir ! Ils ne peuvent presque plus sanctionner les élèves (surtout à l'école primaire), ne peuvent parfois guère s'opposer à la volonté des parents d'élèves, doivent obéir aux consignes hiérarchiques, sont les premiers visés lors des bilans... Et surtout : quelles conséquences a-t-on envisagées en cas de chef d'établissement ou directeur d'école défaillant si seul son pouvoir est décuplé ? Où sont les garde-fous ?
  Pour Etat de droit, donner plus de pouvoir au directeur d'école ou chef d'établissement constituerait une réforme utile à condition que cette augmentation de pouvoir accompagne celle des professeurs et ne soit pas spécifiquement dirigée contre ces derniers mais plutôt dans le but de faire mieux respecter les règles de vie scolaire dans chaque école, collège ou lycée. [On pourra ici se reporter aux propositions E2, E3, E4 et E5, ainsi qu'aux arguments visant à ne pas laisser tout le pouvoir au seul directeur d'école ou chef d'établissement.]

 

7ème mythe sur la réforme de l'école : mettons des professeurs expérimentés dans les quartiers difficiles. C'est là encore une exhortation bien illusoire... Pour plusieurs raisons :

  Tout d'abord, pour que chacun puisse un jour enseigner dans « l'école de ses rêves », il faut bien que d'autres aillent au charbon... Or, peut-on imposer aux actuels professeurs en fin de carrière d'aller dans les écoles les plus dures ? NON. Pour une simple raison : lorsqu'ils ont débuté, ils y ont déjà eu droit ! (Même si les écoles difficiles d'alors n'étaient pas les mêmes — et pas aussi nombreuses — qu'aujourd'hui.) Relancer périodiquement cette recette éculée, c'est faire semblant de méconnaître totalement le système du fonctionnariat, basé sur des évolutions de carrière qui vous font gagner des points année après année, notamment pour les mutations. On peut critiquer ce type de système mais au moins, sur ce point, il est cohérent et vise une certaine justice entre fonctionnaires : chacun doit avoir fait ses classes... On ne peut donc qu'inciter (financièrement) les professeurs expérimentés à y retourner... Ce qui pose à nouveau le problème du financement publique (retour au 1er mythe) et qui est surtout une solution très partielle : peu de professeurs en fin de carrière abandonneront un relatif confort durement acquis pour une petite prime d'encouragement.
  Du reste, il n'est même pas sûr qu'un professeur avec 20 ou 30 années d'expérience s'en sorte beaucoup mieux que ses jeunes collègues, face à des élèves qui n'auront guère plus de considération pour lui que pour ses pairs ! Surtout si son expérience, bien que longue, ait été essentiellement acquise avec des classes faciles... Et n'oublions pas un dernier paramètre : quand il y a de l'expérience, il peut aussi y avoir une certaine usure.
  Face à l'ampleur des problèmes de l'école d'aujourd'hui, on est donc là, typiquement, dans le batifolage verbal.

 

8ème mythe sur la réforme de l'école : il faut développer le travail en équipe !

Autre solution-miracle qui réapparaît de temps en temps quand on n'a rien d'autre à dire...
  S'il suffisait de travailler toujours plus en équipe pour que les élèves indisciplinés et déstructurés se mettent à écouter sagement leurs professeurs, cela se saurait ! Bien entendu, les enseignants parlent déjà souvent entre eux, que ce soit pour des réunions imposées ou parce qu'ils l'ont décidé eux-mêmes (comme des grands !) par exemple en vue de monter un projet commun ou résoudre un problème ponctuel. Mais il y a des professeurs qui travaillent tout seul très bien et des réunions imposées qui ne servent à rien. La « réunionite » est d'ailleurs souvent dénoncée par les enseignants. Ce n'est donc pas en l'intensifiant au maximum qu'on obtiendra les meilleurs résultats.

On pourrait continuer comme cela pendant longtemps, à égrener les idées les plus inutiles ou les plus farfelues, dont l'actualité est très riche, mais l'on se dispensera d'être exhaustif.
  Pour essayer simplement d'y voir plus clair, posons-nous la question suivante : quel est le point commun entre toutes ces fausses bonnes idées de réforme de l'école ? Réponse : l'élève ne doit jamais être contraint (hormis à être maintenu coûte que coûte dans le système, même s'il n'y fait plus rien depuis longtemps).
  A vrai dire, jusqu'aux plus farouches tenants d'un retour aux exigences, on se garde bien de parler de contraintes ou de punitions. On reste dans le mythe. On croit pouvoir résoudre les problèmes de l'école en refusant absolument l'idée qu'un élève (ou qu'un professionnel de l'école) puisse, à un moment ou à un autre, être contraint de respecter les règles du système... ou d'en sortir.
  Si la sécurité routière fonctionnait comme l'Education nationale, à chaque fois qu'un automobiliste dépasserait les 150 km/h en ville, on se contenterait de dire : c'est pas bien ! vilain garçon ! Et on lui redonnerait immédiatement son permis de conduire, sans PV, comme si de rien n'était.
  Etat de droit rappelle que ses propositions de réforme de l'Éducation nationale — depuis l'école primaire jusqu'aux lycées — sont axées sur les bienfaits de la sanction à l'école, sanction proportionnée, encadrée, avec des garde-fous, mais véritable sanction : ponctuellement contraignante et désagréable. Pour que, globalement, cette école redevienne au contraire un lieu d'étude apaisé. (Le paradoxe n'est qu'apparent.) Et par voie de conséquence : plus économique et performant.

réagir


Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Etudes 2007 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (1) : la Palme... (3 juil.)

Fermeté à l'école : 1 sur 8 000 000 000 (15 juil.) France, terre de répression ? (août)

La loi Dati ne fera pas date (sept.) Les droits des enfants de nouveau bafoués (oct.)

Bulletins Officiels de l'Education Nationale (2) (nov.) L'Etat de droit en France (déc.)

Etudes 2008 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (3) : les 10... (janv.)

Réforme de l'école : les fausses bonnes idées (févr.) Rétention de sûreté [...] (mars)

Parents d'élèves : le pouvoir [...] (avril) Autorité : le lavage des cerveaux [...] (mai)

Obéissance, désobéissance... (juin) L'autorité du professeur : histoire d'un rapt (juil.)

Victor Hugo, l'autorité et le pouvoir (1) (août) Victor Hugo, l'autorité [...] (2) (sept.)

2009 / 2011 Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (fin 2008 / déb. 09)

Violences scolaires : ils SAVAIENT... (mai 09) Quand trop de droits tue le droit (août)

Education nationale : l'inertie... (jan. 10) Violences scolaires - peur à l'école (fev. 10)

Etat de droit et autorité (juin 11) Moralisme français - pragmatisme anglais (août 11)

Propositions majeures Pourquoi remanier la Convention des droits de l'enfant ?
Accroître le pouvoir du professeur vis-à-vis des élèves, avec limites et garde-fous.
Réhabiliter les punitions et les sanctions à l'école avec retenue et discernement...

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

état de droit + réformes : éducation, droits, justice sociale

© Etat de droit — Jean-Yves Willmann — 2006-2015