Etat de droit (accueil)

FORUM

Réforme de l'Éducation nationale | Réforme de la Justice

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

PrincipesGenèse

Sanctions à l'école / en éducation

L'étude de novembre 2008 / mars 2009

Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (2-3)

Les « arguments » les plus utilisés pour défendre l'idéologie anti-sanction à l'école

2ème argument anti-sanction en éducation : un renvoi de l'école pourrait mettre en danger la scolarité de l'enfant même si ce renvoi n'est que d'un ou quelques jours...

  Difficile, là encore, de trouver un argument aussi peu convaincant. Ici, la mauvaise foi semble l'emporter sur le reste, ou au moins l'idéologie sur la raison... En effet, en quoi un enfant perturbateur, qui ne fait presque rien en classe, qui n'est encore qu'à l'école maternelle ou élémentaire, pourrait-il voir sa scolarité mise en danger parce qu'il serait renvoyé un ou deux jours de l'école ?
  En réalité, c'est un vrai cercle vertueux qui pourrait enfin se mettre en place : les autres élèves verraient que les sanctions existent, qu'elles peuvent tomber à tout moment, et commenceraient donc enfin à être un peu dissuadés d'agir en dehors des règles ; les parents le constateraient aussi et, subissant le contrecoup de la sanction (étant obligés de garder leur enfant voire de payer une amende), seraient à leur tour incités à être plus sévères à l'égard de leurs enfants lorsque leur comportement ne serait pas compatible avec un bon fonctionnement de l'école.

3ème argument anti-sanction à l'école : un renvoi « mettrait l'enfant à la rue ».

Renvoyer un enfant de l'école — même temporairement — risquerait d'avoir pour conséquence que cet enfant aille traîner dans la rue pendant le temps scolaire et soit entraîné vers la délinquance. En outre, dans le cas des familles monoparentales, ce renvoi fragiliserait encore plus une maman esseulée (cas fréquent des familles monoparentales) qui verrait sa vie rendue encore plus difficile. Renvoyer un élève de l'école pour quelques jours serait donc pire que de le garder à l'école même s'il s'y comporte très mal...
  Le problème de ce type d'argument — qui sous-entend que l'enfant ne pourrait pas être gardé un ou deux jours par son ou ses parents — c'est qu'il ne tient aucun compte du code civil ou du rôle des services sociaux. De deux choses l'une : soit l'on est capable d'élever son enfant, et alors on doit pouvoir le garder un jour chez soi ; soit l'on n'en est pas capable, et c'est alors aux services sociaux de le prendre en charge s'il ne va pas à l'école.
  Du reste, si l'on devait accepter ce type d'argument, cela nous conduirait à dire : puisqu'en dehors de l'école il va traîner dans la rue, mettons cet enfant à l'école le soir, les week-ends et pendant les vacances ! Car en effet, dans une année il y en a beaucoup, des jours et des heures sans école ! Et comment font-ils alors, nos chers parents, dans ce cas-là ? Notons en passant que cela remettrait aussi en cause le droit de grève ! Pourtant si chèrement défendu par ceux-là même qui se montreront outrés à l'idée que l'on puisse renvoyer un élève un jour d'une école primaire... Or, si donc un enfant devait rester à l'école 24h sur 24, cela ne s'appellerait plus vraiment l'école mais l'internat, solution théoriquement envisageable même si Etat de droit ne l'a pas à ce jour prioritairement retenue. C'est-à-dire que cet argument anti-renvoi temporaire conduit paradoxalement à admettre l'utilité d'un renvoi définitif de l'école primaire dans sa version classique ! Mais nous ne sommes pas à une contradiction près...
  Réaffirmons que l'école ne peut pas tout résoudre. Certains y verront peut-être un brin de défaitisme alors que c'est l'inverse ! C'est en rendant les choses possibles que l'on est constructif ; pas en s'arc-boutant à des solutions tellement utopiques qu'elles en empêchent toute réalisation. En l'occurrence : vouloir « sauver » tous les élèves via une éducation sans sanction, c'est, quand un bon nombre d'entre eux ont un comportement déviant, les condamner tous... On ne reproche pas à un plombier de ne pas peindre. Alors cessons de demander à l'école de faire le travail des services sociaux, de la police-justice, ou de la psychiatrie ! D'autant qu'on ne lui donne officiellement, à cette pauvre école, que la permission de tout excuser.
  Ainsi, à tout vouloir — et le beurre et l'argent du beurre — on finit par tout perdre. Winston Churchill avait dit : Ils ont accepté le déshonneur pour avoir la paix, ils auront le déshonneur et la guerre. Tous ceux qui continuent aujourd'hui à dire : il est possible d'éduquer sans jamais sanctionner, pour avoir ce monde imaginaire qu'ils ont dans la tête, non seulement ne le verront jamais en vrai, mais auront en plus pénalisé tous les élèves qui auraient bien voulu travailler et en auront été empêchés pendant des années, ainsi que tous les fauteurs de trouble qui n'auront jamais pris au sérieux leurs paroles angéliques, se laissant happer par la vertigineuse absence de limite à l'école.
  Ce terrible manque de lucidité, à vrai dire, c'est une vision de l'homme totalement détaché du monde du vivant : quand les lions partent à la chasse, est-ce qu'ils choisissent d'attaquer le gnou le plus fort ? Non, ils choisissent toujours le gnou le moins fort. C'est dans la nature vivante. C'est aussi, si ce n'est dans la nature humaine évoluée, au moins dans la nature humaine en formation : en l'absence de sanction, l'enfant est naturellement porté à s'en prendre à un enfant plus faible que lui, ne serait-ce que par jeu. On le déplorera autant qu'on voudra, mais force est de constater que dans toutes les espèces vivantes — et jusqu'à preuve du contraire, l'Homme en est une... — toute organisation sociale a besoin, pour sa sérénité, d'un système de sanctions suffisantes et clairement identifiées. Refuser la sanction, c'est la faire subir de façon bien plus brutale et injuste que si elle était préalablement admise.
  Réfléchissons encore à notre propre fonctionnement corporel : notre sang n'est-il pas contraint de circuler dans nos vaisseaux sanguins ? Si notre corps se laissait aller à l'instar du laisser-faire institutionnel « dévolu » à nos écoles primaires et nos établissements scolaires, nous ne tiendrions pas longtemps... Et si certains ne s'en rendent toujours pas compte, c'est parce que l'échelle du temps est plus longue pour un système scolaire que pour un corps humain ; mais le rétablissement n'en sera que plus long.

réagir

Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

Accessibilité Problème de vue ? Affichage XXL !

L'Etat de droit en France : éducation, Justice, société.

2006-2009 © Etat de droit / Jean-Yves Willmann