Etat de droit (accueil)
Principes
Enfant
Droits
indiscipline à l'école | violences à l'école | autorité à l'école

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

réforme de la justice pénale et civile en Franceréformes dans la société française 
 et autorité de l'Etat

réforme de l'école primaire et de l'éducation nationale

Editée le 21 février 2007

EXPLICATIONS 

Proposition E19

Proposition E19

Permettre à celles et ceux qui se destineraient uniquement à l'enseignement en école maternelle de pouvoir intégrer les IUFM (ou toute structure qui viendrait à les remplacer) avec le seul diplôme du baccalauréat.

Les bacheliers postulants, à l'issue d'une formation d'au moins deux ans en institut, obtiendraient le nouveau statut de Professeur d'Ecoles Maternelles. (Contrairement aux licenciés postulant au concours de Professeur des Ecoles, ils n'auraient pas la possibilité de préparer leur propre concours de fin de première année en candidats libres.)

En choisissant cette voie plus courte, ces futurs Professeurs d'Ecoles Maternelles s'engageraient bien sûr à ne pouvoir exercer qu'en école maternelle, mais aussi : à travailler deux ans de plus (sur l'ensemble de leur carrière) que les autres catégories de professeurs pour pouvoir profiter de leur retraite à taux plein, qu'ils prendraient néanmoins plus tôt que ces derniers étant donné leur entrée plus précoce d'au moins trois ans dans la vie active. En contrepartie, bien qu'ayant un niveau initial moins élevé, ils bénéficieraient d'une grille indiciaire très proche de celle des Professeurs des Ecoles, débutant légèrement plus bas mais avec un rattrapage à mi-carrière, les deux grilles se superposant alors jusqu'au dernier échelon.

La première année, dont l'entrée se ferait sur dossier, serait consacrée au renforcement des connaissances discipli- naires des candidats, à l'initiation au métier, puis à la préparation d'un concours de fin d'année un peu différent de celui des licenciés (puisque orienté vers les seules écoles maternelles) et qui porterait un nom lui aussi légèrement différent : Concours de Recrutement des Professeurs d'Ecoles Maternelles (C.R.P.E.M.).

La deuxième année, quant à elle, resterait assez commune à tous : elle consisterait à se perfectionner, à faire plusieurs stages sur le terrain (uniquement en écoles maternelles pour les futurs Professeurs d'Ecoles Maternelles...) et à faire valider ainsi leurs compétences professionnelles déjà acquises ou en devenir.

Les formations des futurs Professeurs d'Ecoles Maternelles et des futurs Professeurs des Ecoles garderaient un tronc commun, mais celle des premiers serait plus spécifiquement orientée vers : la langue orale (diction, vocabulaire...), la calligraphie, l'orthographe d'usage, la gestion d'un « groupe-classe » (faculté de capter l'attention, de motiver les élèves, de rythmer les séquences, de poser des limites...), la connaissance des besoins spécifiques du jeune enfant (son développement psychomoteur, ses capacités de concentration, les temps de repos à respecter) mais aussi d'un minimum d'activités pédagogiques pour débuter dans le métier.

Par ailleurs, des passerelles existeraient entre les statuts de Professeur d'Ecoles Maternelles et de Professeur des Ecoles afin de ne pas rendre trop rigide l'engagement initial. Les Professeurs d'Ecoles Maternelles qui souhaiteraient donc enseigner ultérieurement en école élémentaire pourraient toujours tenter le Concours de Recrutement des Professeurs des Ecoles (C.R.P.E.) : soit en externe (s'ils ont obtenu une licence entre-temps), soit en interne après au moins sept années d'exercice en école maternelle (mais dans ce dernier cas ils seraient tenus d'effectuer les deux années de travail supplémentaires pour lesquelles ils se seraient initialement engagés).


Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Etudes 2007 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (1) : la Palme... (3 juil.)

Fermeté à l'école : 1 sur 8 000 000 000 (15 juil.) France, terre de répression ? (août)

La loi Dati ne fera pas date (sept.) Les droits des enfants de nouveau bafoués (oct.)

Bulletins Officiels de l'Education Nationale (2) (nov.) L'Etat de droit en France (déc.)

Etudes 2008 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (3) : les 10... (janv.)

Réforme de l'école : les fausses bonnes idées (févr.) Rétention de sûreté [...] (mars)

Parents d'élèves : le pouvoir [...] (avril) Autorité : le lavage des cerveaux [...] (mai)

Obéissance, désobéissance... (juin) L'autorité du professeur : histoire d'un rapt (juil.)

Victor Hugo, l'autorité et le pouvoir (1) (août) Victor Hugo, l'autorité [...] (2) (sept.)

2009 / 2011 Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (fin 2008 / déb. 09)

Violences scolaires : ils SAVAIENT... (mai 09) Quand trop de droits tue le droit (août)

Education nationale : l'inertie... (jan. 10) Violences scolaires - peur à l'école (fev. 10)

Etat de droit et autorité (juin 11) Moralisme français - pragmatisme anglais (août 11)

Propositions majeures Pourquoi remanier la Convention des droits de l'enfant ?
Accroître le pouvoir du professeur vis-à-vis des élèves, avec limites et garde-fous.
Réhabiliter les punitions et les sanctions à l'école avec retenue et discernement...

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

état de droit + réformes : éducation, droits, justice sociale

© Etat de droit — Jean-Yves Willmann — 2006-2015