Etat de droit (accueil)

FORUM

Réforme de l'Éducation nationale | Réforme de la Justice

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

PrincipesGenèse

la réforme de l'école

Quatrième extrait de l'interview de J.Y. Willmann par C. Lacam (août 2008) :

Convention internationale des droits de l'enfant (1989) : les inconvénients sans les avantages !

La Convention des droits de l'enfant marque un vrai recul pour l'Occident sans avoir rien apporté au reste du monde. (00:03:22) | Cette convention internationale de 1989 est contreproductive pour les Etats occidentaux en ce que trop de droits (sans contrepartie) tue le droit. En parallèle, les énormes « réserves » émises par les Etats les moins démocratiques rendent leur signature sans effet.

 

Ne nous y trompons pas : la Convention internationale des droits de l'enfant du 20 novembre 1989 n'aura pas fait progresser la cause de l'enfant en Occident, loin de là... Quant aux enfants du reste du monde, il suffit de lire les vastes réserves émises contre cette Convention des droits de l'enfant par la plupart des Etats non démocratiques « signataires » pour comprendre que leur « signature » n'a jamais représenté le moindre engagement réel en faveur des droits de l'enfant. Il s'agit-là d'une des plus grandes hypocrisies internationales dont on aurait apprécié qu'elle soit depuis longtemps dénoncée par l'élite intellectuelle internationale. Mais il n'est jamais trop tard ! Que demande Etat de droit ? Qu'une nouvelle Convention internationale pour le bien-être des enfants puisse, à terme, remplacer l'actuelle Convention internationale des droits de l'enfant, trop déséquilibrée. Et que les réserves soient limitées !

Ajoutons que cette Convention des droits de l'enfant de 1989 a rapidement vieilli tant elle est aujourd'hui en déphasage complet avec la réalité de la délinquance juvénile en France et en Occident : la délinquance des mineurs est en effet sensiblement plus prégnante en 2008 qu'en 1989. Et l'on se demande bien pourquoi ! A vrai dire, la Convention des droits de l'enfant n'est pas étrangère à cette augmentation avérée de la délinquance des jeunes, de l'irrespect, de la violence des enfants à l'école, vu son influence sur les recommandations laxistes à l'école. Même si, soyons honnête, le Ministère de l'Education nationale s'en sera volontiers chargé lui-même.


Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Etudes 2007 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (1) : la Palme... (3 juil.)

Fermeté à l'école : 1 sur 8 000 000 000 (15 juil.) France, terre de répression ? (août)

La loi Dati ne fera pas date (sept.) Les droits des enfants de nouveau bafoués (oct.)

Bulletins Officiels de l'Education Nationale (2) (nov.) L'Etat de droit en France (déc.)

Etudes 2008 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (3) : les 10... (janv.)

Réforme de l'école : les fausses bonnes idées (févr.) Rétention de sûreté [...] (mars)

Parents d'élèves : le pouvoir [...] (avril) Autorité : le lavage des cerveaux [...] (mai)

Obéissance, désobéissance... (juin) L'autorité du professeur : histoire d'un rapt (juil.)

Victor Hugo, l'autorité et le pouvoir (1) (août) Victor Hugo, l'autorité [...] (2) (sept.)

2009 / 2011 Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (fin 2008 / déb. 09)

Violences scolaires : ils SAVAIENT... (mai 09) Quand trop de droits tue le droit (août)

Education nationale : l'inertie... (jan. 10) Violences scolaires - peur à l'école (fev. 10)

Etat de droit et autorité (juin 11) Moralisme français - pragmatisme anglais (août 11)

Propositions majeures Pourquoi remanier la Convention des droits de l'enfant ?
Accroître le pouvoir du professeur vis-à-vis des élèves, avec limites et garde-fous.
Réhabiliter les punitions et les sanctions à l'école avec retenue et discernement...

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

état de droit + réformes : éducation, droits, justice sociale

© Etat de droit — Jean-Yves Willmann — 2006-2015