Etat de droit (accueil)
Principes
Enfant
Droits
indiscipline à l'école | violences à l'école | autorité à l'école

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

réforme de la justice pénale et civile en Franceréformes dans la société française 
 et autorité de l'Etat

réforme de l'école primaire et de l'éducation nationale

[27 juin 2006]

Proposition  E2  Proposition complète

Pourquoi

Pourquoi

Instituer dans chaque établissement scolaire ou école un pouvoir collégial fort, supérieur au pouvoir du seul chef d'établissement ou directeur d'école.

Pour être légitimement exercé, ce pouvoir devrait impliquer une majorité de professeurs et le directeur d'école ou chef d'établissement (ou adjoint), plus quelques représentants des autres personnels de l'Education nationale. Sa portée serait toutefois limitée dans les petits établissements en raison du faible nombre de personnes susceptibles de l'exercer.

?

?

Quel que soit l'effort fourni en matière de recrutement, on n'empêchera jamais qu'une infime partie des personnels scolaires ne fassent pas ce que l'on attend d'eux. Comme partout ailleurs. Si l'on veut limiter les problèmes, il faut donc garder en tête qu'il y aura toujours un petit pourcentage de salariés qui ne donneront pas entière satisfaction, qu'il s'agisse de surveillants, de techniciens, professeurs, chefs d'établissement, inspecteurs... tout comme il y aura toujours quelques élèves et parents d'élèves qui poseront beaucoup plus de problèmes que d'autres.
  La présente proposition, on l'aura compris, concerne la catégorie des directeurs ou chefs d'établissement, avec comme problématique : que faire si un directeur ou chef d'établissement est défaillant ? [On s'en tiendra ici à un niveau de gravité relativement faible ; pour des cas plus graves, on se reportera à la Proposition E14.]
  Actuellement, la réponse à ce type de question est qu'on ne peut pas faire grand-chose, sauf si le contexte général est très favorable (très bonne entente entre des collègues par ailleurs très compétents, qui auraient de surcroît des élèves très bien élevés avec des parents tout aussi respectueux...), ce qui, hélas, n'est pas le cas partout. Prenons un exemple concret : celui du directeur ou chef d'établissement qui pardonne tout aux élèves et ne soutient pas les professeurs lorsque ces derniers voudraient sévir un peu (au besoin en leur mettant quelques bâtons dans les roues).
  Deux cas de figure sont possibles : soit les élèves sont relativement «faciles» sur le plan comportemental, et alors les professeurs pourront s'en sortir ; soit les élèves sont plutôt voire très «difficiles», et alors ce sera plutôt voire très difficile de faire respecter un minimum de discipline dans les classes et au sein de l'école ou de l'établissement. Parce qu'en primaire les élèves auront été trop habitué au laisser-faire instauré (en quelque sorte) par le directeur, ou parce que dans le secondaire le chef d'établissement bloquera très souvent (par exemple) la constitution du Conseil de discipline. [Cf. circulaire n° 2000-105, partie III.3.1.1.]
  Dans ce cas, le pouvoir collégial permettrait de limiter largement «les dégats» : en primaire comme dans le secondaire, une équipe un tant soit peu soudée aurait tôt fait de se réunir et d'adopter COLLÉGIALEMENT — avec ou sans l'aval de son directeur ou chef d'établissement — les mesures d'autorité jugées nécessaire par la majorité.

Pour autant, ce pouvoir collégial risquerait-il de fragiliser l'autorité du directeur d'école ou chef d'établissement ? Certainement pas ! Et c'est même tout le contraire, pour au moins trois raisons :

  1. Le directeur ou chef d'établissement aurait toute sa place dans l'exercice de ce pouvoir collégial, avec voix prépondérante en cas d'égalité et priorité pour la présidence des séances.

  2. En parallèle avec l'instauration du pouvoir collégial, le pouvoir propre au seul directeur d'école ou chef d'établissement augmenterait lui-même significativement, ainsi que le prévoit en détails la Proposition E3.

  3. Surtout, ce pouvoir collégial permettrait d'éviter que ne repose essentiellement sur les seules épaules du directeur ou du chef d'établissement la «patate chaude de l'autorité», comme disent certains. Ainsi, cette plus large répartition du pouvoir de sanction permettrait de diminuer la pression parfois très forte qui peut s'exercer sur les principaux de collèges ou proviseurs de lycées. Et le regard des familles comme celui des élèves changerait d'autant : plutôt que de s'en prendre au seul chef d'établissement, ils seraient amenés à constater que la décision de sanction a été prise par une majorité de professionnels participant au pouvoir collégial.
  Autre avantage : si le chef d'établissement doit faire face à des menaces répétées et qu'il ne les supporte plus (ce qui se conçoit aisément), l'existence du pouvoir collégial lui permettrait de faire savoir à certaines familles, ponctuellement, qu'il n'a pas participé à telle ou telle prise de sanction. Ce ne serait certes pas idéal et même un peu désagréable pour les collègues qui endosseraient le rôle des «méchants» (quoique les votes pourraient rester secrets) MAIS ce serait une moins mauvaise solution que celle qui consiste à ne plus rien sanctionner.


Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Etudes 2007 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (1) : la Palme... (3 juil.)

Fermeté à l'école : 1 sur 8 000 000 000 (15 juil.) France, terre de répression ? (août)

La loi Dati ne fera pas date (sept.) Les droits des enfants de nouveau bafoués (oct.)

Bulletins Officiels de l'Education Nationale (2) (nov.) L'Etat de droit en France (déc.)

Etudes 2008 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (3) : les 10... (janv.)

Réforme de l'école : les fausses bonnes idées (févr.) Rétention de sûreté [...] (mars)

Parents d'élèves : le pouvoir [...] (avril) Autorité : le lavage des cerveaux [...] (mai)

Obéissance, désobéissance... (juin) L'autorité du professeur : histoire d'un rapt (juil.)

Victor Hugo, l'autorité et le pouvoir (1) (août) Victor Hugo, l'autorité [...] (2) (sept.)

2009 / 2011 Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (fin 2008 / déb. 09)

Violences scolaires : ils SAVAIENT... (mai 09) Quand trop de droits tue le droit (août)

Education nationale : l'inertie... (jan. 10) Violences scolaires - peur à l'école (fev. 10)

Etat de droit et autorité (juin 11) Moralisme français - pragmatisme anglais (août 11)

Propositions majeures Pourquoi remanier la Convention des droits de l'enfant ?
Accroître le pouvoir du professeur vis-à-vis des élèves, avec limites et garde-fous.
Réhabiliter les punitions et les sanctions à l'école avec retenue et discernement...

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

état de droit + réformes : éducation, droits, justice sociale

© Etat de droit — Jean-Yves Willmann — 2006-2015