Etat de droit (accueil)
Principes
Enfant
Droits
indiscipline à l'école | violences à l'école | autorité à l'école

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

réforme de la justice pénale et civile en Franceréformes dans la société française 
 et autorité de l'Etat

réforme de l'école primaire et de l'éducation nationale

Editée le 19 décembre 2006

EXPLICATIONS 

Proposition E18

Proposition E18

Retrouver un vocabulaire simple, précis et cohérent avec le rôle, les droits, les devoirs de chaque acteur du système scolaire.

Pour commencer, abandonner les expressions «contrat pédagogique», «communauté éducative», «projet citoyen» ou autres formules avoisinantes (comme les «conseils» d'élèves en tous genres...), au profit d'un vocabulaire plus sobre mais aussi plus en adéquation avec ce qui est, ou aurait toujours dû rester, la mission première de l'école : celle d'instruire des générations successives à partir d'un modèle commun, d'une base culturelle commune.
  Cette réorientation des grands objectifs — qu'induirait ce changement de vocabulaire — n'empêcherait pas que la diversité culturelle puisse continuer à s'exprimer en France, mais simplement : la maintiendrait un peu en retrait, ou au second plan, au profit d'un renforcement prioritaire de la cohésion nationale.
  Ainsi, lorsque moult problèmes apparaissent beaucoup plus liés à une indiscipline chronique qu'au processus de transmission des connaissances, plutôt que de s'abriter derrière les mirages de l'éculé « contrat pédagogique », l'on gagnerait à parler d'obligations des élèves (comme des personnels scolaires mais à un autre niveau), de sanctions le cas échéant, ou d'objectifs à atteindre (en termes de comportement puis de connaissances à acquérir). Quant aux méthodes (à développer, adapter ou changer...), nous pourrions nous contenter de réserver ce mot aux problèmes d'ordre essentiellement pédagogique.
  Il en va de même à propos de cette soi-disant «communauté éducative» qui n'a tout bonnement aucun sens ni aucune réalité, sinon celle de se complaire dans un verbiage emphatique qui donne la part belle au virtuel à l'instar d'une drogue dure : vous oubliez les difficultés du monde réel pendant un instant, mais lui ne vous oublie pas...
  Et comme les réveils deviennent de plus en plus difficiles, c'est la fuite en avant. Ainsi les «projets citoyens» contribuent-ils eux aussi à imbiber les esprits en formation d'une fausse réalité : celle qui tend à faire croire à des élèves qu'ils seraient au même niveau que leurs professeurs... Une fois encore, nous gagnerions beaucoup à revenir sur terre en parlant plutôt d'efforts au travail, d'humilité face à l'immensité du savoir, d'attitudes respectueuses à avoir à l'égard des institutions et de celles ou ceux qui les représentent. Des projets ? Certes ! Mais d'élèves.

Pour continuer, abroger la soi-disant sanction appelée «blâme» (circulaire n° 2000-105 du 11 juillet 2000) ainsi que la soi-disant «exclusion» dite «avec sursis» qui, sous de fausses apparences de sévérité, n'ont en fait pour seule fonction que d'empêcher au maximum que soient infligées de véritables sanctions. [Voici pourquoi.]

Par la suite, revenir à l'appellation Ministère de l'Instruction Nationale et remplacer en conséquence l'actuel Code de l'éducation par un Code de l'instruction prenant en compte les quelques aspects de la présente proposition ainsi que la plupart des autres propositions de cette rubrique.

 

De façon un peu plus subsidiaire, enfin, il pourrait être appréciable de veiller à ce que les plus hauts responsables institutionnels n'emploient plus — en public — le diminutif « prof », mais bel et bien le terme professeur dans son intégralité (pour contribuer à préserver autant que faire se peut l'intégrité de la fonction, ou ce qu'il en reste).

De même, pour seconder le ministre en charge de (ce qu'on appelle encore) l'Education nationale, il pourrait être fort utile, par les temps qui courent, de lui adjoindre un ministre délégué, officiellement « chargé du respect des règles scolaires ». (A partir du moment, bien sûr, où lesdites règles existeraient à nouveau...) Quitte à ce qu'on le surnomme : le Père Fouettard de la République !


Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Etudes 2007 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (1) : la Palme... (3 juil.)

Fermeté à l'école : 1 sur 8 000 000 000 (15 juil.) France, terre de répression ? (août)

La loi Dati ne fera pas date (sept.) Les droits des enfants de nouveau bafoués (oct.)

Bulletins Officiels de l'Education Nationale (2) (nov.) L'Etat de droit en France (déc.)

Etudes 2008 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (3) : les 10... (janv.)

Réforme de l'école : les fausses bonnes idées (févr.) Rétention de sûreté [...] (mars)

Parents d'élèves : le pouvoir [...] (avril) Autorité : le lavage des cerveaux [...] (mai)

Obéissance, désobéissance... (juin) L'autorité du professeur : histoire d'un rapt (juil.)

Victor Hugo, l'autorité et le pouvoir (1) (août) Victor Hugo, l'autorité [...] (2) (sept.)

2009 / 2011 Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (fin 2008 / déb. 09)

Violences scolaires : ils SAVAIENT... (mai 09) Quand trop de droits tue le droit (août)

Education nationale : l'inertie... (jan. 10) Violences scolaires - peur à l'école (fev. 10)

Etat de droit et autorité (juin 11) Moralisme français - pragmatisme anglais (août 11)

Propositions majeures Pourquoi remanier la Convention des droits de l'enfant ?
Accroître le pouvoir du professeur vis-à-vis des élèves, avec limites et garde-fous.
Réhabiliter les punitions et les sanctions à l'école avec retenue et discernement...

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

état de droit + réformes : éducation, droits, justice sociale

© Etat de droit — Jean-Yves Willmann — 2006-2015