Etat de droit (accueil)
Principes
Enfant
Droits
indiscipline à l'école | violences à l'école | autorité à l'école

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

réforme de l'école primaire et de l'éducation nationaleréforme de la justice pénale et civile en France

FORUM

 

S'enregistrer  S'enregistrer Se connecter pour vérifier ses messages privés  Se connecter pour vérifier ses messages privés      Connexion  Connexion
Profil  Profil      FAQ  FAQ      Rechercher  Rechercher      Groupes d'utilisateurs  Groupes d'utilisateurs
La loi Dati ne fera pas date

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet   Etat de droit  (forum) ->  Justice en France (pénale et générale)
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Etat de droit
Administrateur


Inscrit le: 02 Oct 2006
Messages: 87

MessagePosté le: 28 Sep 2007, 10:58 am    Sujet du message: La loi Dati ne fera pas date Répondre en citant
 
[Extraits de l'édito du 25 septembre 2007 : sur le fantôme de sévérité de la loi Dati du 10 août 2007.]

Quoiqu'en disent les éternels chantres de l'idéologie anti-sanction, la loi Dati du 10 août 2007 "renforçant la lutte contre la récidive des majeurs et des mineurs" n'aura probablement qu'une très faible incidence sur le niveau de la répression judiciaire en France. (...)

Que dit le texte exactement ? Que le regain de répression affiché est très fortement minoré par deux aspects majeurs (sans même parler des dispositions relatives à "l'injonction" de soins, non contraignante en réalité) :

1. S'ils le veulent, les juges pourront continuer à prononcer des peines inférieures aux seuils minimaux prévus, qui ne sont donc pas imposés (cf. articles 1, 2 et 5 de la loi). L'article 2 va même jusqu'à autoriser expressément les tribunaux à prononcer une peine autre que l'emprisonnement pour les délits commis en état de récidive légale. (Y compris d'ailleurs en cas de nouvelle récidive pour la plupart des délits, les plus graves pouvant exceptionnellement continuer de déboucher sur des peines inférieures aux seuils.) C'est dire qu'en termes de répression accrue, il n'y a pas de quoi fouetter un chat... et qu'on a dû faire appel aux meilleurs acteurs pour les traditionnels cris d'orfraie.

2. De surcroît, ce texte ne concerne QUE la "récidive légale". Ce qui signifie ?... Que la plupart des adeptes de la récidive au sens commun du terme - ceux qui, cumulant les délits, sont déjà connus des services de police - ne sont pas concernés ! En effet, selon l'article 132-10 du Code pénal (qui concerne le cas général pour les délits) il n'y a "récidive" que si le même délit ou un délit assimilé est répété dans un certain délai (de quelques années) après une précédente condamnation. Autrement dit, si vous passez allègrement du cambriolage à l'agression sexuelle (au sens de l'article 222-27), puis de la conduite sous l'emprise de l'alcool à l'usurpation de fonctions, de la dégradation volontaire à la mise en péril de mineurs, de la menace contre personne dépositaire de l'autorité publique aux petits trafics, puis au proxénétisme, puis à l'usage de faux, à la corruption, etc. etc. ET que vous êtes pris à chaque fois, la loi française ne vous considère pas comme récidiviste ! Pas plus la loi Dati que les autres.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Etat de droit  (forum) -> Justice en France (pénale et générale) Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Etudes 2007 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (1) : la Palme... (3 juil.)

Fermeté à l'école : 1 sur 8 000 000 000 (15 juil.) France, terre de répression ? (août)

La loi Dati ne fera pas date (sept.) Les droits des enfants de nouveau bafoués (oct.)

Bulletins Officiels de l'Education Nationale (2) (nov.) L'Etat de droit en France (déc.)

Etudes 2008 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (3) : les 10... (janv.)

Réforme de l'école : les fausses bonnes idées (févr.) Rétention de sûreté [...] (mars)

Parents d'élèves : le pouvoir [...] (avril) Autorité : le lavage des cerveaux [...] (mai)

Obéissance, désobéissance... (juin) L'autorité du professeur : histoire d'un rapt (juil.)

Victor Hugo, l'autorité et le pouvoir (1) (août) Victor Hugo, l'autorité [...] (2) (sept.)

2009 / 2011 Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (fin 2008 / déb. 09)

Violences scolaires : ils SAVAIENT... (mai 09) Quand trop de droits tue le droit (août)

Education nationale : l'inertie... (jan. 10) Violences scolaires - peur à l'école (fev. 10)

Etat de droit et autorité (juin 11) Moralisme français - pragmatisme anglais (août 11)

Propositions majeures Pourquoi remanier la Convention des droits de l'enfant ?
Accroître le pouvoir du professeur vis-à-vis des élèves, avec limites et garde-fous.
Réhabiliter les punitions et les sanctions à l'école avec retenue et discernement...

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

état de droit + réformes : éducation, droits, justice sociale

© Etat de droit — Jean-Yves Willmann — 2006-2015