Etat de droit (accueil)
Principes
Enfant
Droits
indiscipline à l'école | violences à l'école | autorité à l'école

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

réforme de l'école primaire et de l'éducation nationaleréforme de la justice pénale et civile en France

FORUM

 

S'enregistrer  S'enregistrer Se connecter pour vérifier ses messages privés  Se connecter pour vérifier ses messages privés      Connexion  Connexion
Profil  Profil      FAQ  FAQ      Rechercher  Rechercher      Groupes d'utilisateurs  Groupes d'utilisateurs
quand les élèves n'ont pas la moyenne, le prof est suspendu

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet   Etat de droit  (forum) ->  Education nationale / école primaire
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Nguyen



Inscrit le: 21 Aoû 2010
Messages: 5
Localisation: Nouvelle Calédonie

MessagePosté le: 22 Aoû 2010, 1:38 am    Sujet du message: quand les élèves n'ont pas la moyenne, le prof est suspendu Répondre en citant
 
Je sais que pour la plupart d'entre vous vous êtes en vacances mais ici en Nouvelle Calédonie, on est en plein milieu de l'année. Enfin "on" sauf moi car j ai été suspendu par le Vice Recteur, en personne, six semaines après avoir posé les pieds sur cette île. En effet, il a suffit qu'un parent d'élève-collègue surveillant-et surtout "local" déclare que ma "tête ne lui revenait pas" pour que l'inspectrice débarque et, à mon grand étonnement, lui donne raison car, soi-disant, je traumatise les élèves avec des exercices trop difficiles et des propos décourageants. Le principal a alors courageusement retourné sa veste en écrivant au Vice-recteur, en toute objectivité, que "certains élèves rentrent en pleurs à la maison".

Evidemment comme vous vous en doutez, l'ambiance dans la classe est beaucoup plus détendue que la version administrative ne le prétend et les enfants font du coloriage dans mon cours...de Math, refusent ouvertement d'aller au tableau corriger un exo ou dorment carrément sur leur sac fermé en guise de coussin . Tout ce lynchage n'est malheureusement pas nouveau (encore que : je n'ai pas trouvé de cas, sur la toile, où un professeur était suspendu pour "excès de punitions") mais ce qui est encore plus surprenant c'est que l'inspectrice me reproche dans son rapport les moyennes de deux classes : 5/20 et 7,3/20 qui, je cite, "ne favorisent guère une bonne ambiance de travail dans la classe et détruisent les relations professeur-élèves". Un peu avant cette profonde analyse, elle s'étonne même que, "face aux notes obtenues par la totalité des élèves" de 4° au dernier contrôle, je "ne fasse pas plutôt ma propre critique en reconnaissant que cette évaluation est inadaptée au niveau de la classe, ou que mon enseignement n'a pas permis à la majorité d'entre eux d'accéder aux apprentissages visés." Et tout cela "à la mi-trimestre". C'est encore plus beau. La prochaine fois, je rappellerai simplement aux élèves que tout est de ma faute au lieu de leur signaler qu'ils confondent l'addition et la multiplication.

Alors questions : aviez-vous déjà vu cela de la part d'une inspectrice? et ne vient-elle pas, sous l'aval du Vice recteur qui s'est appuyé sur son rapport pour me suspendre (et maintenant me muter d'office...), de rendre officiel le but réel de l'Education Nationale : gagner du temps avant que les enfants en perte s'aperçoivent qu'il est trop tard.

Epilogue. Comme le Vice-recteur me laisse deux semaines en pleine année scolaire pour transporter ma famille à plus de 200 Km à la nage et qu'on n'est pas des bêtes, je vais être radié pour abandon de poste. Pas besoin de démissionner pour libérer une place. Il ne me reste plus que le Tribunal Administratif où j'aurai un bon dossier à présenter.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
astro52



Inscrit le: 02 Jan 2007
Messages: 17
Localisation: 51, 52

MessagePosté le: 1 Sep 2010, 11:04 am    Sujet du message: Répondre en citant
 
Comment être surpris par un tel témoignage ?

Si on ne retrouve jamais deux histoires identiques, si à chaque témoignage on se dit avec le même étonnement "mais jusqu'où iront-ils ?", il n'en demeure pas moins que l'état d'esprit, la lâcheté et la bêtise sont partout et toujours les mêmes.

Même sans avoir déjà entendu la même histoire, on ne peut que reconnaître avec certitude la patte du système.

Je vous conseille d'envoyer à SOS Education une version détaillée de votre témoignage afin qu'il le mette à profit, et de militer en dehors de l'éducation nationale pour sa chute. J'ai discuté cet été avec des créateurs de collèges indépendants qui disaient avoir beaucoup de mal à trouver des profs de maths car ils étaient très prisés.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
 
Nguyen



Inscrit le: 21 Aoû 2010
Messages: 5
Localisation: Nouvelle Calédonie

MessagePosté le: 1 Sep 2010, 2:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
j'ai envoyé mon dossier à sos education merci
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Nguyen



Inscrit le: 21 Aoû 2010
Messages: 5
Localisation: Nouvelle Calédonie

MessagePosté le: 2 Sep 2010, 10:43 pm    Sujet du message: mauvaise notes donc mauvais prof? Répondre en citant
 
Le site lepost.fr vient de "vérifier" mon message et apporte une réponse du Vice-rectorat qui me fait passer pour un insociable notoire.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Etat de droit
Administrateur


Inscrit le: 02 Oct 2006
Messages: 87

MessagePosté le: 8 Sep 2010, 9:32 pm    Sujet du message: Réponse sur la notation à l'Education nationale Répondre en citant
 
Bonjour, je vais tenter d'apporter ma petite pierre...

Ne connaissant pas votre histoire en détails, je me garderai d'émettre un jugement trop tranché, notamment sur les personnes, mais je constate par exemple que :

1) Chaque année on a l'impression que le nombre augmente, de ces bacheliers ayant obtenu plus de 20/20 de moyenne. Ils sont sans doute exceptionnels mais tout de même ! Il me semble qu'au XXe siècle (eh oui, ça paraît déjà loin...) cela n'arrivait pas. Alors que maintenant cela en est devenu presque banal.

2) J'ai dû dire quelque part - sur Etat de droit - qu'en 2005 un de mes collègues (avec qui je partageais une classe) avait profité de je ne sais plus quelle activité pour mettre un maximum de 20/20 !

Les deux tiers de la classe avaient eu 20, et les vraiment nuls seulement 17... En vérité le niveau était très bas : les meilleurs avaient au moins 1 an de retard, et les plus mauvais 4 ou 5 ans de retard selon la matière... A l'âge de 10 ans.

3) J'ai dû dire aussi que les fameuses évaluations nationales de début de CE2 (à l'époque), on ne les faisait pas faire aux plus mauvais élèves puisqu'on savait à l'avance qu'ils auraient zéro.

Trois simples exemples parmi tant d'autres, au sein desquels votre propre témoignage s'inscrit. Les petites astuces ne manquent pas à l'Education nationale pour fausser le calcul des moyennes...

On ne fait évidemment que déplacer le problème, ce qui continue de nous conduire collectivement droit dans le mur. Car ON MENT AUX ENFANTS. Et aux familles. Et à nous-mêmes. Cela est grave ! Plus tard, les enfants devenus grands auront du mal à nous le pardonner. Nouveau conflit des générations en perspective... qui complètera celui des retraites. Retraite que notre génération à nous ne verra peut-être déjà plus... Bon je m'écarte un peu du problème que vous soulevez ! Mais pour ce qui est de la notation j'avais édité cette modeste proposition de réforme (la E21).

----

Dans votre cas à vous, Nguyen, que faire ?... Deux logiques possibles :

- Soit vous rehaussez en effet un peu les notes, sans aller jusqu'à mettre des 20 sur 20 (!) mais, disons, pour que vos élèves ne soient pas trop défavorisés par rapport aux élèves des autres classes et autres écoles...

- Soit vous poussez jusqu'au bout votre logique d'opposition à ce dysfonctionnement majeur de l'Education nationale et alors... il vous faudrait faire comme moi : démissionner de cette Education nationale. Mais après, évidemment, il y a quelques conséquences personnelles qui s'ensuivent...

Bref, ne prenez pas de décision trop vite ! Prenez le temps de la réflexion. En en parlant à vos proches si possible.
Si vous souhaitez rester à l'intérieur de l'Education nationale je ne pense pas tout de même que vous allez être radié... Je comprends que cela vous préoccupe, mais dans ces conditions ce serait du jamais-vu. Au pire, n'importe quel Tribunal Administratif invaliderait, me semble-t-il, une décision aussi peu fondée. Alors courage !

----

Tiens, j'ai tout d'un coup une autre idée qui vous permettrait de concilier les deux logiques : puisque votre inspectrice vous a reproché les moyennes de 5/20 et 7,3/20 en arguant que votre évaluation serait "inadaptée au niveau de la classe", eh bien, la prochaine fois, donnez lui raison ! En faisant faire à vos élèves de 4e des exercices de 6e ou de CM2 et en l'indiquant sobrement aux familles façon note de bas de page... Ainsi ils auront (presque tous) la moyenne, sans que vous vous soyez déjugé !
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Nguyen



Inscrit le: 21 Aoû 2010
Messages: 5
Localisation: Nouvelle Calédonie

MessagePosté le: 8 Sep 2010, 10:29 pm    Sujet du message: Radiation Répondre en citant
 
Je vous confirme que j'ai bel et bien été radié des cadres mais pour abandon de poste puisque je ne me suis pas rendu à ma nouvelle affectation à laquelle je m'oppose fermement. Effectivement, j'ai accumulé un bon dossier à faire valoir au Tribunal en espérant qu'il y ait une justice.
Je vous remercie vivement pour votre intérêt et pour toutes vos idées à mettre en oeuvre pour répondre à ce genre de situation grotesque, seulement je n'ai eu que deux jours entre la seule réunion avec les parents d'élèves et ma suspension. Donc il n'y avait pas grand chose à faire et dire que le Vice rectorat m'accuse "de ne pas m'adapter".
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Etat de droit
Administrateur


Inscrit le: 02 Oct 2006
Messages: 87

MessagePosté le: 9 Sep 2010, 9:20 pm    Sujet du message: Re: mauvaise notes donc mauvais prof? Répondre en citant
 
Effectivement mes petites idées arrivent bien tardivement. Il était de toute façon trop tard au moment où vous avez posté votre premier message, non ?

La radiation dans votre cas - lorsque l'on vous lit - apparaît en effet excessivement sévère...

Ne connaissant pas tous les tenants et les aboutissants de votre affaire, je tente cette déduction :

Après la suspension et la mutation d'office, au lieu d'être dans la "résistance passive" (par exemple : vous déclarer "désolé" de ne pas pouvoir faire déplacer toute votre famille en seulement 2 semaines, indiquer une impossibilité matérielle tout en gardant un profil bas...) vous êtes peut-être un peu tombé dans le piège d'une résistance assumée et frontale, exprimant explicitement votre refus d'obéir à la décision de M. le Vice-recteur au lieu de tenter de la contester dans un cadre réglementaire.

Si mon hypothèse n'est pas trop éloignée de la réalité (?) - à vous de me le dire - il semblerait que vous ayez peut-être manqué de bons conseils. Normalement, un syndicat sur place aurait dû vous dire tout ça beaucoup mieux que moi.

Evidemment, c'est plus facile à dire depuis mon ordinateur que vous sur le terrain...

Pour ce qui est maintenant de votre AVENIR, c'est-à-dire des suites judiciaires données à votre radiation, et dans l'hypothèse où vous souhaiteriez rester à l'Education nationale, je tente ces modestes conseils pour vous aider (si je le peux) à préparer votre défense :

1) Abandonnez votre posture d'une "opposition ferme" (même si la décision à votre encontre vous apparaît extrêmement contestable) au profit d'une impossibilité matérielle à assumer une mutation d'office...

2) ...dont vous aurez ensuite toute possibilité de contester la légitimité.

Vous pourrez peut-être alors développer les thématiques de la "mise au placard", ou de l'abus de pouvoir, voire du clientélisme, donc d'un Etat qui n'est plus impartial (ce type d'argument, si vous pouvez le soutenir avec un certain nombre de preuves, devrait avoir un peu de poids au sein d'un tribunal administratif), etc. etc.

Bon, je ne connais pas votre dossier, il faudra vous trouver un bon avocat, mais allez voir aussi les syndicats : dans ces cas-là, les cas individuels, ils peuvent être utiles.
(Même si je les trouve très décevants sur d'autres points : par exemple ils ne se préoccupent pratiquement jamais de l'autorité des professeurs...)

En tout cas, je vous souhaite sincèrement Bon Courage.

Nguyen a écrit:
Le site lepost.fr vient de "vérifier" mon message et apporte une réponse du Vice-rectorat qui me fait passer pour un insociable notoire.

Vous pouvez inviter le Vice-recteur à venir évoquer votre cas ici, ou faire part de ses propositions de changement pour l'Education nationale... Je l'inscrirai avec plaisir. Au fait, pouvez-vous mettre le lien de la réponse de ses services sur lepost ?
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Nguyen



Inscrit le: 21 Aoû 2010
Messages: 5
Localisation: Nouvelle Calédonie

MessagePosté le: 9 Sep 2010, 10:28 pm    Sujet du message: lien lepost.fr Répondre en citant
 
merci pour vos conseils mais effectivement je n'ai aucune envie, tout comme vous à l'époque, de rester coûte que coûte dans une administration partial.

Je pense que mon affaire, en toute modestie, ne concerne pas que ma propre personne et qu'à l'évidence, de nombreux profs peuvent se retrouver dans ma situation du jour au lendemain. Il suffit de lire la réponse du Vice-rectorat. C'est dans cet objectif d'alerte que j'essaye de transmettre l'information.

J'avais oublié de mettre le lien : http://www.lepost.fr/article/2010/08/27/2197193_que-faire-pour-remonter-les-moyennes-des-eleves-reponse-virer-le-prof.html
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Etat de droit  (forum) -> Education nationale / école primaire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Etudes 2007 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (1) : la Palme... (3 juil.)

Fermeté à l'école : 1 sur 8 000 000 000 (15 juil.) France, terre de répression ? (août)

La loi Dati ne fera pas date (sept.) Les droits des enfants de nouveau bafoués (oct.)

Bulletins Officiels de l'Education Nationale (2) (nov.) L'Etat de droit en France (déc.)

Etudes 2008 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (3) : les 10... (janv.)

Réforme de l'école : les fausses bonnes idées (févr.) Rétention de sûreté [...] (mars)

Parents d'élèves : le pouvoir [...] (avril) Autorité : le lavage des cerveaux [...] (mai)

Obéissance, désobéissance... (juin) L'autorité du professeur : histoire d'un rapt (juil.)

Victor Hugo, l'autorité et le pouvoir (1) (août) Victor Hugo, l'autorité [...] (2) (sept.)

2009 / 2011 Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (fin 2008 / déb. 09)

Violences scolaires : ils SAVAIENT... (mai 09) Quand trop de droits tue le droit (août)

Education nationale : l'inertie... (jan. 10) Violences scolaires - peur à l'école (fev. 10)

Etat de droit et autorité (juin 11) Moralisme français - pragmatisme anglais (août 11)

Propositions majeures Pourquoi remanier la Convention des droits de l'enfant ?
Accroître le pouvoir du professeur vis-à-vis des élèves, avec limites et garde-fous.
Réhabiliter les punitions et les sanctions à l'école avec retenue et discernement...

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

état de droit + réformes : éducation, droits, justice sociale

© Etat de droit — Jean-Yves Willmann — 2006-2015