Etat de droit (accueil)
Principes
Enfant
Droits
indiscipline à l'école | violences à l'école | autorité à l'école

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

réforme de l'école primaire et de l'éducation nationaleréforme de la justice pénale et civile en France

FORUM

 

S'enregistrer  S'enregistrer Se connecter pour vérifier ses messages privés  Se connecter pour vérifier ses messages privés      Connexion  Connexion
Profil  Profil      FAQ  FAQ      Rechercher  Rechercher      Groupes d'utilisateurs  Groupes d'utilisateurs
Proposition E12 ==> [élève renvoyé : effort exigé]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet   Etat de droit  (forum) ->  Education nationale / école primaire
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Etat de droit
Administrateur


Inscrit le: 02 Oct 2006
Messages: 87

MessagePosté le: 6 Oct 2006, 2:23 pm    Sujet du message: Proposition E12 ==> [élève renvoyé : effort exigé] Répondre en citant
 
Proposition E12 [énoncé restreint] [énoncé complet]

Exiger de tout élève renvoyé définitivement pour la première fois qu'il fasse l'effort de demander à des chefs d'établissement de bien vouloir l'accueillir.

L'élève renvoyé devrait commencer par solliciter un entretien par écrit, en en précisant l'objet, auprès de quelques chefs d'établissement figurant dans une courte liste préétablie par l'académie. Ces derniers devraient accorder l'entretien mais resteraient libre de leur décision. En cas de refus multiples, l'élève renvoyé devrait alors solliciter l'intervention de l'inspecteur d'académie, qui ferait alors en sorte de le réintégrer d'autorité dans un nouvel établissement. Le but d'une telle mesure consisterait à responsabiliser l'élève fautif en exigeant de lui qu'il participe activement aux efforts accomplis en sa faveur.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Charlène



Inscrit le: 20 Déc 2006
Messages: 16

MessagePosté le: 21 Déc 2006, 10:45 am    Sujet du message: Répondre en citant
 
C'est le moins qu'on puisse demander ! Faire un petit effort quand on s'est mal comporté... C'est quand même dingue d'en faire une proposition ! Et moi qui croyais que c'était automatique... Ca devrait aller de soi : pas besoin d'en faire une proposition ! Non mais où va-t-on??

Notre pays est tombé bien bas.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
pépère



Inscrit le: 06 Déc 2006
Messages: 9

MessagePosté le: 23 Déc 2006, 12:04 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
Certes. Là-dessus, on ne peut être que d'accord.

C'est une réalité "historique" que les enfants de maintenant n'acceptent plus de faire des efforts qui allaient de soi avant. Et quand je dis avant, ce n'est pas si lointain. "De mon temps", certes, on ne rechignait pas autant que aujourd'hui. Mais il y a encore 20 ans, peut-être même 15, il m'apparaît que les enfants étaient bien mieux éduqués. C'est comme ça...

Mais il faut revenir à plus d'exigence et plus d'efforts. Les générations suivantes ne s'en sortiront jamais sans cela. Là-dessus il devrait y avoir consensus.

A part ça, je vous souhaite de bonne fêtes, ma chère Charlène!
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
astro52



Inscrit le: 02 Jan 2007
Messages: 17
Localisation: 51, 52

MessagePosté le: 2 Jan 2007, 7:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
L'idée est forcément tentante mais elle est naive en l'état, ou du moins aurait besoin d'être largement complétée.

Un élève qui se fait renvoyer du collège ne va pas entreprendre des démarches pour retourner au collège. Il va au contraire profiter de sa "liberté" en sortant ou en restant chez lui, trop content d'être "venu à bout du bahut".

Pour qu'une telle démarche ait un sens, il faut que si l'élève exclu n'entreprend aucune démarche les parents soient rapidement inquiétés pour manquement à l'obligation scolaire. Mais ils auront alors beau jeu de plaider (ou pleurnicher c'est selon) que c'est le système qui ne veut pas d'eux.
Que faire si les parents sont incapables d'imposer à leur fils de rechercher une nouvelle école ? La seule solution serait un placement forcé en internat, mais ça veut dire que l'on retire l'ado de chez lui. Comment cela sera t-il perçu par l'opinion publique et par les juges chargés d'appliquer ces lois ?
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
 
pépère



Inscrit le: 06 Déc 2006
Messages: 9

MessagePosté le: 4 Jan 2007, 11:53 am    Sujet du message: Réponse à astro52 Répondre en citant
 
Il me semble, mon cher astro52, que vous n'avez pas lu toute la proposition complète, dite E12, car elle répond au moins en partie à vos interrogations. (Par ailleurs fort légitimes!)

Avant tout, je vousdrais vous dire que l'argument "c'est le système qui ne veut pas de nous!" (que vous imaginez dans la bouche des parents) ne me paraît nullement recevable. Non vraiment il ne tient pas la route : le système accepte tout le monde mais il doit avoir des règles. Pour l'instant il ne semble guère en avoir. Ce site en propose, cela me paraît être une avancée.

Ensuite vous vous posez la question : "Que faire si les parents sont incapables d'imposer à leur fils de rechercher une nouvelle école ?" C'est que vous n'avez pas tout lu ! La proposition complète répond à votre question et renvoit sur deux autres propositions (E10 et E11), sauf erreur de ma part. Ce cas est donc prévu.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
pépère



Inscrit le: 06 Déc 2006
Messages: 9

MessagePosté le: 4 Jan 2007, 12:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
Je rajoute deux points.

Vous dites aussi : "il faut que si l'élève exclu n'entreprend aucune démarche les parents soient rapidement inquiétés pour manquement à l'obligation scolaire". Je crois que vous avez mal compris cette proposition. Il y en a pour tout le monde! si j'ai bien compris l'état d'esprit de l'auteur de ce site. Certaines propositions visent à responsabiliser les parents, mais celle-ci semble surtout faite pour responsabiliser l'élève!! Et pas (ou peu) ses parents à sa place.

Deuxièmement, je viens de relire la proposition complète et il est bien dit que l'élève pourrait être aidé "par un adulte" (donc l'un de ses parents ou même quelqu'un d'autre) et, je cite un autre extrait : "l'élève renvoyé ou sa famille pourrait disposer d'une lettre-type contenant des exemples de formules appropriées pour la rédaction du courrier de demande d'entretien". Ainsi tout élève un tout petit peu désireux de faire un effort devrait pouvoir accomplir ce qui est demandé, surtout à partir du collège.

A vrai dire, je ne suis pas aussi sûr que vous de la naïveté de cette proposition. Je crois qu'elle est surtout psychologique ou symbolique : le but est qu'un tel élève se sente obligé, et non pas impuni à longueur de journée... Car voilà encore un dernier point à préciser : vous dites encore "Un élève qui se fait renvoyer du collège ne va pas entreprendre des démarches pour retourner au collège. Il va au contraire profiter de sa "liberté" en sortant ou en restant chez lui(...)" ; or, non, il ne le pourrait pas! Puisque le cas du refus est prévu par d'autres propositions et déboucherait au contraire sur des sanctions plus fortes.

Bien à vous.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Charlène



Inscrit le: 20 Déc 2006
Messages: 16

MessagePosté le: 4 Jan 2007, 7:22 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
astro52 a écrit:

Un élève qui se fait renvoyer du collège ne va pas entreprendre des démarches pour retourner au collège. Il va au contraire profiter de sa "liberté" en sortant ou en restant chez lui, trop content d'être "venu à bout du bahut".
(...)
Que faire si les parents sont incapables d'imposer à leur fils de rechercher une nouvelle école ? La seule solution serait un placement forcé en internat, mais ça veut dire que l'on retire l'ado de chez lui. Comment cela sera t-il perçu par l'opinion publique et par les juges chargés d'appliquer ces lois ?

Franchement, l'opinion publique elle en a surtout assez de voir que les parents, les juges, les professeurs...... (la liste est longue) sont incapables ou n'ont pas le pouvoir d'empêcher des enfants de 10 ans (Dix ans!!!!) de bruler des voitures ou de s'entretuer.

Je crois plutôt que l'opinion publique perçoit de plus en plus qu'il faut cesser de mettre l'enfant sur un piédestal, c'est-à-dire d'inverser l'ordre naturel des choses.

Y'en a marre de leur "liberté", de leurs "droits" etc. etc. Et les devoirs ?? Et les valeurs?? Mer... alors! J'ai deux enfants, j'adore les enfants mais pas les criminels.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Eléa



Inscrit le: 07 Nov 2006
Messages: 26

MessagePosté le: 5 Jan 2007, 11:11 am    Sujet du message: Répondre en citant
 
Ah, Charlène, je crois que l'on pourrait bien s'entendre, vous et moi ! Moi j'ai un enfant, que j'adore, et je panique grave en voyant les faits-divers sanglants qui augmentent dramatiquement dans les établissements scolaires : d'une part je me dis "et s'il lui arrivait une chose similaire" ou, PIRE ENCORE "s'il se mettait, lui, à commettre ces choses ???". Je tente de me rassurer en me disant qu'on essaie, nous ses parents, de lui mettre des limites, de le punir quand il le faut, et de fait, qu'il n'ira jamais jusqu'à brûler des voitures. Mais franchement, ça fait peur !
Par ailleurs, je souhaiterais revenir sur un point qu'à dévéloppé astro 52 : celui de la "liberté" de l'enfant renvoyé, et de sa "joie" à se retrouver -enfin- hors du bahut. Je crois que si on mettait dans les esprits des idées telles que "l'école se mérite", "l'école n'est pas obligatoire mais n'y vont que les plus méritants", peut-être que, par esprit de contradiction, tout le monde se rurait en disant "moi-aussi j'y ai droit !!!". C'est tellement à la mode, les droits, hein, Charlène ??? Laughing
Que pensez-vous de cette idée, astro ?
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
astro52



Inscrit le: 02 Jan 2007
Messages: 17
Localisation: 51, 52

MessagePosté le: 6 Jan 2007, 11:19 am    Sujet du message: Répondre en citant
 
"N'y vont que les plus méritant... Confused "
Sauf que si pour les autres c'est l'école du crime qui la remplace, on n'aura pas vraiment combattu la violence...
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
 
pépère



Inscrit le: 06 Déc 2006
Messages: 9

MessagePosté le: 7 Jan 2007, 1:35 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
Plutôt d'accord avec astro. Il ne faut pas passer d'un extrême à l'autre, ma chère Eléa! Que les comportements violents soient sanctionnés, je suis tout à fait d'accord. Mais après, les histoires de "mérite", c'est assez vaste et flou.

Gardons plutôt l'école pour tous ceux qui la respectent! (C'est vrai que l'école absolument obligatoire pose problème... je veux dire : dans le cas de ceux qui n'y apprennent rien.)
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Etat de droit  (forum) -> Education nationale / école primaire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Etudes 2007 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (1) : la Palme... (3 juil.)

Fermeté à l'école : 1 sur 8 000 000 000 (15 juil.) France, terre de répression ? (août)

La loi Dati ne fera pas date (sept.) Les droits des enfants de nouveau bafoués (oct.)

Bulletins Officiels de l'Education Nationale (2) (nov.) L'Etat de droit en France (déc.)

Etudes 2008 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (3) : les 10... (janv.)

Réforme de l'école : les fausses bonnes idées (févr.) Rétention de sûreté [...] (mars)

Parents d'élèves : le pouvoir [...] (avril) Autorité : le lavage des cerveaux [...] (mai)

Obéissance, désobéissance... (juin) L'autorité du professeur : histoire d'un rapt (juil.)

Victor Hugo, l'autorité et le pouvoir (1) (août) Victor Hugo, l'autorité [...] (2) (sept.)

2009 / 2011 Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (fin 2008 / déb. 09)

Violences scolaires : ils SAVAIENT... (mai 09) Quand trop de droits tue le droit (août)

Education nationale : l'inertie... (jan. 10) Violences scolaires - peur à l'école (fev. 10)

Etat de droit et autorité (juin 11) Moralisme français - pragmatisme anglais (août 11)

Propositions majeures Pourquoi remanier la Convention des droits de l'enfant ?
Accroître le pouvoir du professeur vis-à-vis des élèves, avec limites et garde-fous.
Réhabiliter les punitions et les sanctions à l'école avec retenue et discernement...

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

état de droit + réformes : éducation, droits, justice sociale

© Etat de droit — Jean-Yves Willmann — 2006-2015