Etat de droit (accueil)
Principes
Enfant
Droits
indiscipline à l'école | violences à l'école | autorité à l'école

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

réforme de l'école primaire et de l'éducation nationaleréforme de la justice pénale et civile en France

FORUM

 

S'enregistrer  S'enregistrer Se connecter pour vérifier ses messages privés  Se connecter pour vérifier ses messages privés      Connexion  Connexion
Profil  Profil      FAQ  FAQ      Rechercher  Rechercher      Groupes d'utilisateurs  Groupes d'utilisateurs
Proposition J1 ==> [étroite coordination police/justice]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet   Etat de droit  (forum) ->  Justice en France (pénale et générale)
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Etat de droit
Administrateur


Inscrit le: 02 Oct 2006
Messages: 87

MessagePosté le: 26 Avr 2007, 2:05 pm    Sujet du message: Proposition J1 ==> [étroite coordination police/justice] Répondre en citant
 
Proposition J1 [énoncé restreint] [énoncé complet]

Edifier une étroite coordination de la politique gouvernementale en matières de police et justice, par la création d'un poste de ministre d'Etat chargé de l'action coordonnée des ministères de l'Intérieur et de la Justice.

Il ne s'agirait pas de fusionner les ministères, chaque service gardant son indépendance, mais d'assurer une cohérence gouvernementale dans la lutte contre la délinquance et la criminalité, ainsi qu'en droit civil ou administratif. Dorénavant, chaque nouvelle loi devrait comporter (sauf exception) un volet « police », un volet « justice », un volet « budget ». Aidé d'un cabinet resserré, le ministre d'Etat aurait à garantir l'évaluation préalable, la complémentarité
et le suivi
des choix conjointement effectués dans les deux ministères et à produire un bilan d'application détaillé en milieu et fin de législature. Il serait secondé par un ministre délégué à
la sécurité intérieure et un ministre délégué à la justice.

.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Eléa



Inscrit le: 07 Nov 2006
Messages: 26

MessagePosté le: 4 Mai 2007, 11:57 am    Sujet du message: Répondre en citant
 
Qu'entendez-vous par "évaluation préalable" ? Evaluer quoi, ou qui ? Pourriez-vous donner un exemple précis ?
Cordialement,
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Etat de droit
Administrateur


Inscrit le: 02 Oct 2006
Messages: 87

MessagePosté le: 10 Mai 2007, 9:31 am    Sujet du message: Réponse à Eléa. Répondre en citant
 
Bonjour Eléa,

Par l'évaluation préalable d'une nouvelle mesure, on peut entendre : une étude sérieuse des avantages espérés, d'une part, et des inconvénients possibles ou prévisibles, d'autre part. Certains parlent d'étude d’impact. En somme : essayer de savoir si le positif va vraiment l'emporter sur le négatif AVANT d'adopter toute nouvelle mesure. Pour cela, il peut être nécessaire de chiffrer le coût prévisible de sa mise en oeuvre, de vérifier surtout que l'objectif final pourra être atteint, et enfin de voir si le jeu en vaut la chandelle (si les avantages escomptés sont bien à la hauteur de l'investissement consenti).

Or, en matière de Justice comme en d'autres matières, il semble que ce type d'étude en amont, d'estimation prévisible globale, ne soit que peu pratiquée. La présente proposition consisterait donc à l'imposer en quelque sorte à tout gouvernement en place, pour le couple justice/police en l'occurrence, afin que le fond des problèmes soit privilégié par rapport aux effets d'annonce sans lendemain.

En guise d'exemple, je pourrais reprendre celui de la page d'explication (arg. 2) : si l'on crée une nouvelle infraction qui va augmenter le nombre de gardes-à-vue, de condamnations théoriques, mais qu'on ne fait rien pour désengorger les tribunaux, que va-t-il se passer ?
Il va se passer ce qui se passe quotidiennement dans nombre de juridictions : les décisions de justice ne peuvent pas être appliquées... faute de moyens (humains et matériels). Un grand nombre de personnes condamnées n'effectuent donc pas leur peine, ou très peu, et le sentiment d'impunité grandit en eux. Pire : l'institution judiciaire leur apparaît comme une gigantesque supercherie, une sorte de grand théâtre où rien n'est vraiment réel, où "c'est pour de rire". Beaucoup ne se gênent d'ailleurs pas pour le faire savoir.

Alors certes, certains primo-délinquants pourront tout de même avoir été impressionnés, se diront peut-être qu'ils s'en tirent à bon compte. Et quelques-uns ne recommenceront plus. Mais pour les délinquants confirmés, chaque nouvelle condamnation qui reste théorique les renforce dans le sentiment que la Justice française est décidément bien virtuelle, que c'est un jeu. Dans ces conditions, il ne faut pas trop espérer qu'ils vont s'arrêter de "jouer"...

En définitive, si une nouvelle mesure implique un travail supplémentaire pour la Police mais que la Justice ne peut pas suivre, cette mesure aura plus d'impacts négatifs que positifs : elle donnera aux policiers le sentiment d'agir pour rien, aux juges d'être submergés, aux récidivistes d'être au centre d'une grande comédie dont ils sont les héros.

Voilà pourquoi, d'après moi, il est devenu impératif de penser globalement, de considérer l'institution policière et l'institution judiciaire comme deux parties éminemment solidaires d'un MÊME ensemble : celui de la chaîne pénale ou de tout processus civil ou administratif.

Cordialement,
Jean-Yves Willmann
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Etat de droit  (forum) -> Justice en France (pénale et générale) Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Etudes 2007 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (1) : la Palme... (3 juil.)

Fermeté à l'école : 1 sur 8 000 000 000 (15 juil.) France, terre de répression ? (août)

La loi Dati ne fera pas date (sept.) Les droits des enfants de nouveau bafoués (oct.)

Bulletins Officiels de l'Education Nationale (2) (nov.) L'Etat de droit en France (déc.)

Etudes 2008 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (3) : les 10... (janv.)

Réforme de l'école : les fausses bonnes idées (févr.) Rétention de sûreté [...] (mars)

Parents d'élèves : le pouvoir [...] (avril) Autorité : le lavage des cerveaux [...] (mai)

Obéissance, désobéissance... (juin) L'autorité du professeur : histoire d'un rapt (juil.)

Victor Hugo, l'autorité et le pouvoir (1) (août) Victor Hugo, l'autorité [...] (2) (sept.)

2009 / 2011 Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (fin 2008 / déb. 09)

Violences scolaires : ils SAVAIENT... (mai 09) Quand trop de droits tue le droit (août)

Education nationale : l'inertie... (jan. 10) Violences scolaires - peur à l'école (fev. 10)

Etat de droit et autorité (juin 11) Moralisme français - pragmatisme anglais (août 11)

Propositions majeures Pourquoi remanier la Convention des droits de l'enfant ?
Accroître le pouvoir du professeur vis-à-vis des élèves, avec limites et garde-fous.
Réhabiliter les punitions et les sanctions à l'école avec retenue et discernement...

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

état de droit + réformes : éducation, droits, justice sociale

© Etat de droit — Jean-Yves Willmann — 2006-2015