Etat de droit (accueil)
Principes
Enfant
Droits
indiscipline à l'école | violences à l'école | autorité à l'école

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

réforme de l'école primaire et de l'éducation nationaleréforme de la justice pénale et civile en France

FORUM

 

S'enregistrer  S'enregistrer Se connecter pour vérifier ses messages privés  Se connecter pour vérifier ses messages privés      Connexion  Connexion
Profil  Profil      FAQ  FAQ      Rechercher  Rechercher      Groupes d'utilisateurs  Groupes d'utilisateurs
Les pires BO (1) : la Palme d'Or...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet   Etat de droit  (forum) ->  Education nationale / école primaire
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Etat de droit
Administrateur


Inscrit le: 02 Oct 2006
Messages: 87

MessagePosté le: 12 Juil 2007, 11:00 am    Sujet du message: Les pires BO (1) : la Palme d'Or... Répondre en citant
 
[Extraits de l'édito du 3/07/2007 : épisode I sur la perte d'autorité institutionnelle des professionnels de l'école.]

Pour ce qui est de saborder l'autorité institutionnelle des personnels scolaires, la Palme d'Or revient sans conteste à l'inépuisable Bulletin Officiel Spécial du 13 juillet 2000. Réunissant entre autre le décret 2000-620 du 5 juillet 2000 ainsi que la circulaire 2000-105 du 11 juillet 2000, la liste de ses injonctions anti-sanction est longue. Sans prétendre à l'exhaustivité, en voici un petit panel :

- Les sanctions peuvent être assorties d'un sursis total ou partiel. (...) Toute sanction, hormis l'exclusion définitive, est effacée du dossier administratif de l'élève au bout d'un an.
- Par ailleurs, on l'a déjà dit dans différentes pages, le nouveau conseil des délégués pour la vie lycéenne augmente sensiblement le pouvoir des élèves par rapport à celui des personnels scolaires, une poignée d'élèves pouvant même théoriquement obliger le proviseur à se réunir avec eux, tandis que les professeurs doivent rester à l'écart...
- Comme si cela ne suffisait pas, ces mêmes professeurs se retrouvent aussi [jusqu'en 2004] moins nombreux que les lycéens dans les conseils de discipline.
- De surcroît, les sanctions de renvoi durable peuvent désormais faire l'objet d'un recours devant la juridiction administrative. Ce que certains ont appelé la judiciarisation de l'école (au moins de certaines décisions scolaires) fait donc son apparition. Malgré la tentative (maladroite) du décret 2004-885 du 27 août 2004, un simple élève du secondaire peut maintenant à lui tout seul donner tort à la fois à ses professeurs, à son proviseur ou principal, et finalement au recteur lui-même ! En effet, si tout ce beau monde a décidé de le renvoyer, eh bien... à l'aide d'un juge "bienveillant" (qui "fait autorité", Lui) il pourra revenir quand même !
- Etc. etc.

Les lignes sont proscrites, la présentation d'excuses est qualifiée de punition pour bien la déprécier, tout semblant de fermeté est systématiquement découragé par des procédures toujours plus contraignantes pour les professionnels de l'enseignement... Oui la liste est longue, de ces mesures anti-sanction ou anti-politesse. La parodie de droit qui s'y rattache restera aussi dans les annales.

Au palmarès des pires qui soient, l'imbattable B.O. du 13 juillet 2000 sort grand vainqueur.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Etat de droit  (forum) -> Education nationale / école primaire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Etudes 2007 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (1) : la Palme... (3 juil.)

Fermeté à l'école : 1 sur 8 000 000 000 (15 juil.) France, terre de répression ? (août)

La loi Dati ne fera pas date (sept.) Les droits des enfants de nouveau bafoués (oct.)

Bulletins Officiels de l'Education Nationale (2) (nov.) L'Etat de droit en France (déc.)

Etudes 2008 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (3) : les 10... (janv.)

Réforme de l'école : les fausses bonnes idées (févr.) Rétention de sûreté [...] (mars)

Parents d'élèves : le pouvoir [...] (avril) Autorité : le lavage des cerveaux [...] (mai)

Obéissance, désobéissance... (juin) L'autorité du professeur : histoire d'un rapt (juil.)

Victor Hugo, l'autorité et le pouvoir (1) (août) Victor Hugo, l'autorité [...] (2) (sept.)

2009 / 2011 Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (fin 2008 / déb. 09)

Violences scolaires : ils SAVAIENT... (mai 09) Quand trop de droits tue le droit (août)

Education nationale : l'inertie... (jan. 10) Violences scolaires - peur à l'école (fev. 10)

Etat de droit et autorité (juin 11) Moralisme français - pragmatisme anglais (août 11)

Propositions majeures Pourquoi remanier la Convention des droits de l'enfant ?
Accroître le pouvoir du professeur vis-à-vis des élèves, avec limites et garde-fous.
Réhabiliter les punitions et les sanctions à l'école avec retenue et discernement...

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

état de droit + réformes : éducation, droits, justice sociale

© Etat de droit — Jean-Yves Willmann — 2006-2015