Etat de droit (accueil)
Principes
Enfant
Droits
indiscipline à l'école | violences à l'école | autorité à l'école

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

réforme de l'école primaire et de l'éducation nationaleréforme de la justice pénale et civile en France

FORUM

 

S'enregistrer  S'enregistrer Se connecter pour vérifier ses messages privés  Se connecter pour vérifier ses messages privés      Connexion  Connexion
Profil  Profil      FAQ  FAQ      Rechercher  Rechercher      Groupes d'utilisateurs  Groupes d'utilisateurs
Indiscipline et manque de temps

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet   Etat de droit  (forum) ->  Education nationale / école primaire
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
nomdeforum



Inscrit le: 21 Jan 2009
Messages: 5

MessagePosté le: 25 Jan 2009, 4:31 pm    Sujet du message: Indiscipline et manque de temps Répondre en citant
 
Horaires recalculés pour le cycle 3 et pour l'année scolaire 2008-2009

Aujourd'hui, il n'est plus question de manque de ressources pédagogiques. Bien au contraire, on croulerait plutôt sous les ressources. Non, les problèmes sont plutôt, d'une part, le manque de temps, et d'autre part, l'indiscipline des élèves.

A - L'indiscipline des élèves

C'est devenu un lieu commun que de rappeler que les élèves d'aujourd'hui ne sont plus ceux des années 1950-1980.
Certes, il y a toujours eu des cancres, des élèves turbulents ou dissipés.
Ce qui a changé c'est que les élèves d'aujourd'hui (2008) ont grandi dans un monde où les femmes travaillent, ont davantage de pouvoir et ont permis aux enfants de prendre du pouvoir.
Les postes d'enseignants du primaire étant occupés à plus de 80% par des femmes, ce changement s'est fait ressentir plus fortement dans les écoles primaires.

L'indiscipline s'est généralisée et avec elle, son cortège d'incivilités et d'insolence.

Le temps passé à rétablir l'ordre nécessaire au bon fonctionnement d'une classe s'en trouve donc augmenté considérablement, même s'il est impossible de quantifier avec précision et de façon générale cette augmentation qui reste évidemment différente selon chaque classe.
Dans le cas de mon école, cette perte de temps est estimée à 1 h par jour environ. Cette heure perdue en gestion de conflits rend plus difficile encore la réalisation des objectifs irréalistes affichés dans les textes. Mais devant l'impossibilité de la démontrer, je consens à ne pas la comptabiliser.

B - Le manque de temps

Les horaires officiels sont de 24 heures par semaine.
Or, ces 24 heures en présence des élèves ne sont pas 24 heures d'enseignement.
Il faut retirer 2 h 40 de récréations, 1 h d'accueils, 20 minutes de déplacements, soit un total d'environ 4 heures.
Il reste 20 heures d'enseignement.

1 h 30 est prise d'office par l'enseignement de l'anglais par un intervenant. Cet horaire est fixe puisque c'est un intervenant extérieur, rémunéré, qui assure cet enseignement.
Il reste donc 18 h 30 pour le reste.
Les textes officiels donnent certains horaires, mais sur une base de 24 heures.
Si l'on retire l'heure et demie d'anglais déjà comptabilisée, ils sont donnés sur une base de 22 h 30 pour le reste.
Il convient donc d'appliquer un coefficient de réduction de ces horaires de :

18, 5 divisé par 22, 5 = 0,82

Tous les horaires donnés devront donc être recalculés sur cette nouvelle base, ce qui donne :

Français (Lecture, Littérature, Orthographe, Grammaire, Conjugaison, Vocabulaire, Production d'écrits...) : 8 h x 0,82 = 6, 56 h = 6 h 30 à 7 h environ
Maths (Opérations et Calcul, Numération, Géométrie, Mesures, Résolution de problèmes...) : 5 h x 0,82 = 4 h
E.P.S. : 3 h x 0,82 = 2 h 30 (ou 2 x 1 h 15 ou 3 x 50 min)
Anglais : 1 h 30
Histoire : 1 h
Géographie : 1 h
Éducation civique : 1 h
Sciences : 1 h
Éducation artistique (Histoire de l'art, musique ...) : 1 h

Total : 20 heures de contenant

Pour un contenu, qui, lui, ne diminue pas et qui continue d'être pensé pour 26 heures d'enseignement hebdomadaire...
Quant aux autres disciplines que la société civile nous presse d'intégrer dans nos enseignements :

Éducation au développement durable : 0
Éducation à la sécurité routière : 0
Éducation à la santé : 0
Éducation à l'image et aux médias : 0
Éducation aux T.I.C.E. (Technologies de l'Information et de la Communication pour l'Enseignement) avec B2i obligatoire : 0

Comment faire rentrer en une heure un travail qui en nécessite deux ?

Alors, pour faire passer la pilule, les pédagogues ont inventé un concept bien utile qu'ils l'appellent transversalité ou interdisciplinarité.

Il s'agit d'une supercherie bien pratique qui consiste à vous demander de faire plusieurs choses à la fois : « Vous faîtes du Français, mais en même temps, vous faîtes des maths ! Ou de l'Histoire ou des Sciences... ». Tous les praticiens reconnaissent que c'est plus difficile, mais on n'a pas choisi ce métier pour la facilité !
Le pire, c'est que c'est surtout moins efficace. Faites une leçon sur le commerce triangulaire et, en même temps, entraînez vos élèves en grammaire sur l'adjectif qualificatif. C'est possible. Si, si. Mais c'est moins efficace que si vous faîtes une leçon spécifiquement dédiée au commerce triangulaire, puis une autre leçon spécifiquement dédiée à l'adjectif qualificatif, même si vous pourrez à cette occasion choisir des exemples en lien avec la leçon d'Histoire précédemment citée.
C'est donc possible, mais c'est plus difficile, cela demande plus de préparation et c'est moins efficace. Seulement voilà, ça permet de faire rentrer en une heure un travail qui en nécessite deux. CQFD.
Ben voyons ! Et tous les professeurs des écoles, nouveaux et anciens, qui se veulent des enseignants bien consciencieux sont prompts à suivre leur maître à penser, Philippe Meyrieu pour ne pas le nommer. Comprennent-ils qu'ils se font exploiter comme des bêtes de somme par ce système de production à outrance, directement inspiré du monde de l'entreprise et qui les opprime autant qu'il les aveugle.

« Moi, quand j'entends le mot transversalité, je sors mon révolver ! »
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
nomdeforum



Inscrit le: 21 Jan 2009
Messages: 5

MessagePosté le: 25 Jan 2009, 4:41 pm    Sujet du message: Précisions sur le calcul des temps interstitiels Répondre en citant
 
Récréations :
temps officiel : 15 minutes de récréation par demi-journée.
auquel s'ajoutent les temps interstitiels : le temps de sortir de la classe, mettre son manteau, se mettre en rang, d'attendre que la classe de devant soit prête, sorte, se range et descende, de parcourir le couloir et descendre l'escalier en rang et dans le calme, et enfin, quand sonne la fin de la récréation, le temps de se ranger de nouveau et de remonter escalier et couloir pour revenir en classe, toujours dans le calme : 5 minutes par récréation.
Soit un total de 8 x 20 min = 160 min = 2 h 40 min

Temps d'accueil :
temps de montée et entrée en classe chaque matin à 8h 30
tenue obligatoire du registre d'appel,
appel cantine,
vérifications de signatures (cahiers du jour, cahier de liaison, punitions...),
lecture et réponses aux mots des parents,
écoute des demandes des élèves...

= 4 x 15 min = 60 min
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Etat de droit
Administrateur


Inscrit le: 02 Oct 2006
Messages: 87

MessagePosté le: 26 Jan 2009, 5:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
Vous soulevez de nombreux points...

Concernant les HORAIRES il est vrai qu'entre la théorie et la pratique, si l'on prend deux cas extrêmes, voilà ce que cela peut donner :

- dans les écoles ou au moins les classes qui fonctionnent très très bien, la différence entre le temps officiellement distribué et la réalité est bien réelle (comme vous l'indiquez avec moult détails) mais pourrait presque passer un peu inaperçue ;

- dans les écoles et classes où existent de gros problèmes d'indiscipline et de violence, la différence est tout bonnement énorme.

Vous dites que dans votre école vous estimez à 1 h le temps perdu chaque jour pour la discipline. Dans l'absolu, c'est déjà une grosse quantité de temps perdu. Mais vous le savez sans doute comme moi : dans certaines écoles, c'est encore beaucoup plus ! Dans les écoles les plus difficiles, où le "turn-over" avoisine par exemple les 70 % ou 90 %, j'ai entendu quantité de professeurs me dirent que, le temps qu'ils se fassent "accepter" (par les élèves et les familles) ils n'arrivaient à commencer à travailler un peu qu'à partir de février... On s'étonnera après de certains résultats scolaires désastreux !

Il est donc clair que les problèmes d'indiscipline coûtent extrêmement cher à notre pays : en temps perdu, en redoublements, en classes ou structures à très faible effectif (pour élèves ingérables), donc en nombre de postes supplémentaires ; puis en raison du très mauvais niveau scolaire atteint par certains enfants, des mauvaises habitudes prises, de la difficulté à trouver un emploi plus tard, etc. etc.

---

Sur la TRANSVERSALITÉ, ma petite expérience me fait dire que ce n'est possible qu'à une seule condition : que toutes les conditions soient réunies !

Je veux dire :

- une classe avec des élèves très gentils et respectueux...

- ...qui se mettent au travail dès que vous le leur demandez,

- dont les parents vous respectent et vous soutiennent en tant que professeur,

- parents qui vous proposeront parfois de l'aide mais sans jamais vouloir prendre votre place,

- un professeur qui cette année-là aura la volonté et la possibilité de travailler 70 h / semaine pour mettre au point des projets pluridisciplinaires sur mesure qui aient une chance de marcher et qui puissent permettre d'atteindre l'Objectif tant attendu : faire progresser les élèves à la fois (à chaque séquence d'un projet de ce type) en français, mathématiques, compétences manuelles, etc.

Problème : il est très rare que toutes ces conditions soient réunies.

L'Education nationale, aujourd'hui en France, est probablement l'un des domaines de notre vie publique où les différences entre la théorie et la pratique sont les plus grandes.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Etat de droit  (forum) -> Education nationale / école primaire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Etudes 2007 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (1) : la Palme... (3 juil.)

Fermeté à l'école : 1 sur 8 000 000 000 (15 juil.) France, terre de répression ? (août)

La loi Dati ne fera pas date (sept.) Les droits des enfants de nouveau bafoués (oct.)

Bulletins Officiels de l'Education Nationale (2) (nov.) L'Etat de droit en France (déc.)

Etudes 2008 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (3) : les 10... (janv.)

Réforme de l'école : les fausses bonnes idées (févr.) Rétention de sûreté [...] (mars)

Parents d'élèves : le pouvoir [...] (avril) Autorité : le lavage des cerveaux [...] (mai)

Obéissance, désobéissance... (juin) L'autorité du professeur : histoire d'un rapt (juil.)

Victor Hugo, l'autorité et le pouvoir (1) (août) Victor Hugo, l'autorité [...] (2) (sept.)

2009 / 2011 Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (fin 2008 / déb. 09)

Violences scolaires : ils SAVAIENT... (mai 09) Quand trop de droits tue le droit (août)

Education nationale : l'inertie... (jan. 10) Violences scolaires - peur à l'école (fev. 10)

Etat de droit et autorité (juin 11) Moralisme français - pragmatisme anglais (août 11)

Propositions majeures Pourquoi remanier la Convention des droits de l'enfant ?
Accroître le pouvoir du professeur vis-à-vis des élèves, avec limites et garde-fous.
Réhabiliter les punitions et les sanctions à l'école avec retenue et discernement...

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

état de droit + réformes : éducation, droits, justice sociale

© Etat de droit — Jean-Yves Willmann — 2006-2015