Etat de droit (accueil)
Principes
Enfant
Droits
indiscipline à l'école | violences à l'école | autorité à l'école

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

réforme de l'école primaire et de l'éducation nationaleréforme de la justice pénale et civile en France

FORUM

 

S'enregistrer  S'enregistrer Se connecter pour vérifier ses messages privés  Se connecter pour vérifier ses messages privés      Connexion  Connexion
Profil  Profil      FAQ  FAQ      Rechercher  Rechercher      Groupes d'utilisateurs  Groupes d'utilisateurs
Un exemple de l'influence de la pensée psy dans l'éduc nat

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet   Etat de droit  (forum) ->  Education nationale / école primaire
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Vincent12



Inscrit le: 12 Oct 2011
Messages: 5

MessagePosté le: 12 Oct 2011, 7:36 pm    Sujet du message: Un exemple de l'influence de la pensée psy dans l'éduc nat Répondre en citant
 
Autrefois, il existait des IR (instituts de rééducation). Ces établissements, sous l'autorité du ministère de la justice recevaient les élèves les plus durs, les plus récalcitrants, exclus du système ordinaire pour leur comportement violent, déviant, et leur échec scolaire. Progressivement, ces établissements ont disparu, remplacés par des ITEP (Instituts Thérapeutiques Educatifs et Pédagogiques), sous l'autorité du ministère de l'Education Nationale. On voit bien le glissement sémantique : c'est l'aspect thérapeutique qui est maintenant privilégié. Maintenant, les ITEP relèvent de l'ASH (Adaptation Scolaire Handicap) : on considère donc que ces élèves relèvent du champ du handicap. En effet, si on lit la loi de 2005 sur le handicap, le handicap est défini comme une "limitation sociale". Ces élèves, donc, peuvent être considérés comme handicapés. Bientôt, on considèrera les délinquants comme des handicapés! En général, ces établissement sont les plus mal aimés du système primaire. Aucun enseignant ne veut y aller. En début d'année, la plupart des postes restent à pourvoir. On nomme donc d'office de jeunes profs d'écoles débutants, qui prennent la nouvelle comme une punition, et qui ne tardent pas à comprendre qu'ils vont passer une année très difficile. Beaucoup, même les plus courageux, ne finissent pas l'année et se mettent en arrêt maladie. Si les classes des petits restent gérables (à condition de renoncer à toute forme d'angélisme), pour les grands, les ados, c'est une autre affaire. Il règne une atmosphère globale d'anarchie, les élèves refusent de rester en classe ou en atelier, errent dans l'établissement, les violences sont courantes entre élèves, les violences contre les enseignants également. Ce type d'établissement ne peut fonctionner à peu près normalement que si l'équipe d'enseignants est solidaire et que les cadres (directeur, responsable pédagogique) font preuve d'un minimum de fermeté. J'y ai fait personnellement un stage, ce que je vous dit est du vécu. Un de mes amis y a fait un an et, alors que c'était quelqu'un de solide et de courageux, il a fini son année en dépression, avec deux mois d'arrêt...
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Etat de droit
Administrateur


Inscrit le: 02 Oct 2006
Messages: 87

MessagePosté le: 14 Oct 2011, 7:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
Le fait que les responsables politiques de notre pays acceptent de s'engager toujours plus dans la voie d'une totale déresponsabilisation des élèves les plus violents et les plus mal élevés reste pour moi une ENIGME.

Plus la situation empire, plus les "solutions" trouvées la font empirer encore plus.

Ces "solutions" assumées par nos dirigeants SONT le vrai problème !... Je suis absolument d'accord avec votre analyse : à l'école, le délinquant est devenu un "handicapé" pour pouvoir être excusé 24h sur 24.

Nous nageons dans l'absurdité la plus complète. Tout cela est un véritable scandale mais aucun média jamais n'en parle...
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Etat de droit  (forum) -> Education nationale / école primaire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Etudes 2007 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (1) : la Palme... (3 juil.)

Fermeté à l'école : 1 sur 8 000 000 000 (15 juil.) France, terre de répression ? (août)

La loi Dati ne fera pas date (sept.) Les droits des enfants de nouveau bafoués (oct.)

Bulletins Officiels de l'Education Nationale (2) (nov.) L'Etat de droit en France (déc.)

Etudes 2008 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (3) : les 10... (janv.)

Réforme de l'école : les fausses bonnes idées (févr.) Rétention de sûreté [...] (mars)

Parents d'élèves : le pouvoir [...] (avril) Autorité : le lavage des cerveaux [...] (mai)

Obéissance, désobéissance... (juin) L'autorité du professeur : histoire d'un rapt (juil.)

Victor Hugo, l'autorité et le pouvoir (1) (août) Victor Hugo, l'autorité [...] (2) (sept.)

2009 / 2011 Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (fin 2008 / déb. 09)

Violences scolaires : ils SAVAIENT... (mai 09) Quand trop de droits tue le droit (août)

Education nationale : l'inertie... (jan. 10) Violences scolaires - peur à l'école (fev. 10)

Etat de droit et autorité (juin 11) Moralisme français - pragmatisme anglais (août 11)

Propositions majeures Pourquoi remanier la Convention des droits de l'enfant ?
Accroître le pouvoir du professeur vis-à-vis des élèves, avec limites et garde-fous.
Réhabiliter les punitions et les sanctions à l'école avec retenue et discernement...

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

état de droit + réformes : éducation, droits, justice sociale

© Etat de droit — Jean-Yves Willmann — 2006-2015