Etat de droit (accueil)
Principes
Enfant
Droits
indiscipline à l'école | violences à l'école | autorité à l'école

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

réforme de l'école primaire et de l'éducation nationaleréforme de la justice pénale et civile en France

FORUM

 

S'enregistrer  S'enregistrer Se connecter pour vérifier ses messages privés  Se connecter pour vérifier ses messages privés      Connexion  Connexion
Profil  Profil      FAQ  FAQ      Rechercher  Rechercher      Groupes d'utilisateurs  Groupes d'utilisateurs
Ai-je le droit de donner des lignes à copier?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet   Etat de droit  (forum) ->  Education nationale / école primaire
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Vincent12



Inscrit le: 12 Oct 2011
Messages: 5

MessagePosté le: 12 Oct 2011, 8:04 pm    Sujet du message: Ai-je le droit de donner des lignes à copier? Répondre en citant
 
J'ai lu sur ce site que le décret interdisant à un enseignant de donner des lignes ne s'appliquait en théorie qu'au secondaire. Un enseignant du primaire peut-il donc donner légalement des lignes? Peut-il s'appuyer sur la loi pour contredire un IEN qui voudrait lui imposer l'interdiction de donner des lignes? Qu'en est-il d'un établissement type IME? Un enseignant d'IME ou d'ITEP peut-il légalement donner des lignes?
En ce qui me concerne, le directeur de mon établissement nous a interdit de donner des lignes, prétextant que donner des lignes était "pervers". Je serais content d'avoir un éclaircissement sur ce sujet. Les témoignages de collègues sont aussi les bienvenus.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Etat de droit
Administrateur


Inscrit le: 02 Oct 2006
Messages: 87

MessagePosté le: 14 Oct 2011, 8:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
J'ai répondu ici :
http://www.etatdedroit.fr/forum/viewtopic.php?t=69

Donc en substance :
1. L'interdiction de donner des lignes à copier ne concernerait formellement que le secondaire.
2. Mais cela rejaillit forcément sur le primaire. (Cela n'aurait pas le poids d'une interdiction juridique - réglementaire - mais serait "seulement" mal vu par les inspecteurs...)

Ceci étant dit, je ne suis pas au courant de tous les textes ! Et encore moins des plus récents ou qui concerneraient des établissements particuliers. Je constate simplement à la lecture de vos deux premiers messages - et à l'écoute de tout ce que l'on entend en permanence - que le très mauvais cap est maintenu...
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Etat de droit
Administrateur


Inscrit le: 02 Oct 2006
Messages: 87

MessagePosté le: 14 Oct 2011, 8:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
Pour vous répondre un peu plus concrètement :

Contredire un IEN est un peu risqué (quoiqu'on ne risque finalement qu'une mauvaise note...) mais si vous y tenez il vous suffit de faire remarquer que le BO Spécial du 13 Juillet 2000 (interdisant "les lignes et les zéros") concerne le secondaire. Si l'IEN vous contredit, demandez-lui les références réglementaires exactes sur lesquelles il base ses affirmations afin que vous puissiez vous cultiver !

Quant à votre directeur - si c'est bien un directeur d'école primaire - il me semble commettre clairement un abus de pouvoir : un directeur d'école n'est PAS votre supérieur hiérarchique.

Mais attention : si vous exercez dans un établissement secondaire, là il faut voir... Je ne connais pas votre situation précise.

Je peux juste vous dire qu'EN PRIMAIRE - sauf erreur de ma part - un directeur d'école ne peut pas (réglementairement) vous interdire de donner quelques lignes à copier.

Quant à la justification (sur la perversité), elle m'apparaît hors de propos... On ne mélange pas droit et jugement moral !
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Vincent12



Inscrit le: 12 Oct 2011
Messages: 5

MessagePosté le: 15 Oct 2011, 8:58 am    Sujet du message: Répondre en citant
 
Il ne s'agit pas dans mon cas d'un directeur d'école, mais d'un directeur d'établissement spécialisé, un IME. Nous avons également un coordonnateur pédagogique, sorte de "directeur d'école" pour l'équipe pédagogique. Il faut que je me renseigne sur ses droits et devoirs. Je vais le lui demander. Concernant notre directeur d'établissement, je ne sais pas non plus exactement quels sont ses droits et devoirs. Il nous répète souvent qu'il est "souverain" dans son établissement et a pris l'habitude de prendre des décisions (souvent arbitraires, basées sur l'écoute des élèves, sur un soucis évident que je cherche à m'expliquer de "protéger" l'élève) pédagogiques sans nous consulter et de nous les imposer sans possibilité de discussion. On a une impression parfois d'arbitraire. Par exemple, il a décidé de nous interdire de donner des lignes, sans que nous en ayons discuté avant (en ce qui concerne les enseignants, le moins que l'on puisse dire c'est qu'il n'existe pas de fonctionnement démocratique, encore moins de démocratie participative). J'aimerais savoir si un directeur d'IME a le droit d'imposer ses décisions en ce qui concerne le pédagogique, la classe. Je souligne que nous faisons preuve d'un soucis de "conformité", par exemple depuis l'année dernière tous les enseignants rédigents des "projets individualisés" (notre IEN insiste beaucoup sur cette paperasse). Cela n'empêche pas le directeur, quand nous faisons preuve d'esprit critique vis à vis de lui, de nous traiter (avec humour et condescendance) d'"anarchistes". Je sais qu'il existe des établissements (j'ai fait un stage dans un ITEP proche) où le directeur ne se mêle pas de l'organisation pédagogique, donc je me pose la question de savoir si l'attitude de notre directeur est conforme ou droit (auquel cas je m'y soumettrai) ou s'il s'agit d'un abus de pouvoir. Au niveau des sanctions, nous n'arrivons pas à comprendre la logique de ses décisions (car nous n'avons aucun pouvoir à ce niveau-là, nous ne pouvons pas prendre une décision (même téléphoner à un parent) sans consulter les cadres (directeur, éducatrice chef, coordonnateur pédagogique) et avoir leur approbation. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il fait preuve d'une grande "clémence" face aux transgressions des élèves. Cependant nous respectons ses décisions. Mais il accepte très mal la critique.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Etat de droit
Administrateur


Inscrit le: 02 Oct 2006
Messages: 87

MessagePosté le: 29 Oct 2011, 11:33 am    Sujet du message: Répondre en citant
 
Petite remarque : le Droit ne peut pas tout !

Vous décrivez surtout un tempérament, la personnalité de votre chef d'établissement (si j'ai bien compris), son état d'esprit, sa façon de "manager" une équipe. Il n'est donc pas forcément très utile, en l'espèce, de savoir si son attitude est "conforme au droit" ou pas...

Etre très désagréable voire désobligeant, ou trop autoritaire ou un brin irrationnel, n'est PAS une infraction en droit français ! (Sauf si cela confinait au harcèlement, ce qu'il faudrait démontrer.)

Peut-être enfreint-il aussi un peu le droit par-ci par-là (la règlementation en l'occurrence) mais ça ne semble pas le problème principal ici... Ce que vous décrivez n'est plus vraiment une affaire de droit mais un problème de sociabilité, de "management", de psychologie, de vivre-ensemble.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Etat de droit  (forum) -> Education nationale / école primaire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Etudes 2007 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (1) : la Palme... (3 juil.)

Fermeté à l'école : 1 sur 8 000 000 000 (15 juil.) France, terre de répression ? (août)

La loi Dati ne fera pas date (sept.) Les droits des enfants de nouveau bafoués (oct.)

Bulletins Officiels de l'Education Nationale (2) (nov.) L'Etat de droit en France (déc.)

Etudes 2008 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (3) : les 10... (janv.)

Réforme de l'école : les fausses bonnes idées (févr.) Rétention de sûreté [...] (mars)

Parents d'élèves : le pouvoir [...] (avril) Autorité : le lavage des cerveaux [...] (mai)

Obéissance, désobéissance... (juin) L'autorité du professeur : histoire d'un rapt (juil.)

Victor Hugo, l'autorité et le pouvoir (1) (août) Victor Hugo, l'autorité [...] (2) (sept.)

2009 / 2011 Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (fin 2008 / déb. 09)

Violences scolaires : ils SAVAIENT... (mai 09) Quand trop de droits tue le droit (août)

Education nationale : l'inertie... (jan. 10) Violences scolaires - peur à l'école (fev. 10)

Etat de droit et autorité (juin 11) Moralisme français - pragmatisme anglais (août 11)

Propositions majeures Pourquoi remanier la Convention des droits de l'enfant ?
Accroître le pouvoir du professeur vis-à-vis des élèves, avec limites et garde-fous.
Réhabiliter les punitions et les sanctions à l'école avec retenue et discernement...

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

état de droit + réformes : éducation, droits, justice sociale

© Etat de droit — Jean-Yves Willmann — 2006-2015