Etat de droit (accueil)
Principes
Enfant
Droits
indiscipline à l'école | violences à l'école | autorité à l'école

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

réforme de l'école primaire et de l'éducation nationaleréforme de la justice pénale et civile en France

FORUM

 

S'enregistrer  S'enregistrer Se connecter pour vérifier ses messages privés  Se connecter pour vérifier ses messages privés      Connexion  Connexion
Profil  Profil      FAQ  FAQ      Rechercher  Rechercher      Groupes d'utilisateurs  Groupes d'utilisateurs
Proposition E8 ==> [inventaire des sanctions à l'école]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet   Etat de droit  (forum) ->  Education nationale / école primaire
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Etat de droit
Administrateur


Inscrit le: 02 Oct 2006
Messages: 87

MessagePosté le: 5 Oct 2006, 3:11 pm    Sujet du message: Proposition E8 ==> [inventaire des sanctions à l'école] Répondre en citant
 
Proposition E8 [énoncé restreint] [énoncé complet]

Adopter un Inventaire national des sanctions préconisées en milieu scolaire.

Cet inventaire mettrait en relation des catégories de fautes ou infractions d'élèves avec des fourchettes de sanctions correspondantes, suivant un principe de tarification (ou barème) tenant compte de l'âge et des circonstances. En incitant ainsi à l'harmonisation, il contribuerait fortement à combattre l'arbitraire, à réduire les vraies injustices autant que le sentiment d'injustice lui-même.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
astro52



Inscrit le: 02 Jan 2007
Messages: 17
Localisation: 51, 52

MessagePosté le: 2 Jan 2007, 7:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
Je suis globalement d'accord sur le fait de s'imposer un barême commun, même si cela ne va pas de soi.

Cependant, cette fermeté fait craindre pour les élèves souffrant de pathologies psychiatriques mal reconnues à cause de la frilosité de certains experts, mais qui sont bien réelles et qui entrainent des "passages" pendant lesquels l'élève n'est pas responsable de son comportement. Je pense notamment aux enfants border-line. L'accueil de ces enfants peut bien se passer à condition que les enseignants comprennent leur trouble et qu'ils sachent faire exception aux exigences habituelles. Je crois que comme l'article 122 de code pénal pour les adultes, il serait normal qu'il soit pris en compte pour un enfant aussi la possibilité de ne pas être en pleine possession de son dicernement au moment des faits et d'adapter en conséquence la manière de traiter l'incident.
Bien sur, cela doit comprendre une limite. Je suis prêt à me démener pour accueillir un enfant qui devrait être en hopital psychiatrique, pas pour y aller à sa place. Quand l'accueil met en danger la santé des enseignants ou des élèves, une structure de soin adaptée doit prendre le relai immédiatement car il faut éviter le retour à un système de sanction inadapté à l'encontre d'un enfant malade.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
 
Charlène



Inscrit le: 20 Déc 2006
Messages: 16

MessagePosté le: 4 Jan 2007, 7:31 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
Dans le site, il y a une page (je ne sais plus laquelle) où l'auteur dit en gros qu'il faut arrêter de tout méler : soit l'enfant est vraiment malade dans sa tête, et alors il faut le soigner, soit on le considère comme les autres en le mettant dans une classe standard et dans ce cas il faut le traiter comme les autres.

Je suis sensible moi aussi à tout ce qui relève vraiment du handicap, mais comment pourrez-vous expliquer à des enfants d'une même classe qu'à untel on lui passe tout tandis que le reste de la classe ne sera pas traité pareil.....

(PS: Où avez-vous trouvé cette nouveauté des "enfants border-line" ?? C'est quoi encore cette invention!)
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Eléa



Inscrit le: 07 Nov 2006
Messages: 26

MessagePosté le: 5 Jan 2007, 10:58 am    Sujet du message: Répondre en citant
 
Avant tout, merveilleuse année à toutes et à tous ! Et souhaitons que 2007 voit la fièvre qui affaiblit actuellement le système scolaire baisser, puis (on peut toujours rêver...) s'en aller pour laisser place, soyons fous, à une école à nouveau en bonne santé !!! Euh oui, bon je m'égare.
Sérieusement, je suis d'accord avec Astro 52, mais je pense que c'est un problème un peu différent que celui traité par la proposition du site. C'est déjà un énorme chantier que de s'occuper des enfants "normaux". Pourquoi ne pas laisser les cas de maladies, de handicaps et de troubles divers aux spécialistes de la chose ? L'école ne peut pas tout régler non plus, en tous cas PAS EN MEME TEMPS.
PS : je suis curieuse moi-aussi de savoir ce que signifie "border-line" employé pour un enfant ! Est-ce du jargon IUFMien ??? Pitié pour ceux qui ne sont pas du milieu, mais qui sont juste d'humbles parents...
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
astro52



Inscrit le: 02 Jan 2007
Messages: 17
Localisation: 51, 52

MessagePosté le: 6 Jan 2007, 11:42 am    Sujet du message: Répondre en citant
 
C'est évidemment des choses dont on entend jamais parler à l'IUFM ou en formation. On le découvre le jour où on est confronté à un cas plus lourd que les autres, et ce cas là en éclaire d'autres, moins lourds, pour lesquels les collègues parlent de "crises violentes" ou de "bouderie". En psychiatrie, "border-line" est un synonyme de "cas limite" ou "état limite", et c'est une maladie à part entière qui se situe dans l'espace vide entre psychose et névrose. Bien qu'elle soit peu connue chez l'enfant car les études scientifiques ont porté essentiellement sur des adultes, elle existe également. Etant dans la même zone qu'eux, même si chez l'adulte les implications ne sont pas du tout les mêmes, c'est des enfants que je comprends de manière assez intuitive.

Il faut bien comprendre que ce n'est pas qu'une affaire de spécialistes. Les enfants ne naissent pas avec une étiquette "normal" ou "pas normal" sur le front. Ces enfants se retrouvent tous à l'école, et beaucoup y sont beaucoup mieux que dans un hopital où ils cotoient des enfants déjà psychotiques et où ils risquent de basculer aussi dans la psychose. Il n'y a que les cas extrêmes que l'école ne peut pas accueillir. Pour les autres, il est de son devoir de faire les efforts et les aménagements nécessaires pour accueillir ces enfants. Contrairement à ce que pense Charlène, les élèves comprennent très bien que les règles ne s'appliquent pas de la même façon dans certains cas si on leur explique pourquoi.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
 
Eléa



Inscrit le: 07 Nov 2006
Messages: 26

MessagePosté le: 9 Jan 2007, 12:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
Merci pour cet éclaircissement bienvenu Laughing
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Charlène



Inscrit le: 20 Déc 2006
Messages: 16

MessagePosté le: 14 Jan 2007, 3:40 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
astro52 a écrit:
En psychiatrie, "border-line" est un synonyme de "cas limite" ou "état limite", et c'est une maladie à part entière qui se situe dans l'espace vide entre psychose et névrose. Bien qu'elle soit peu connue chez l'enfant car les études scientifiques ont porté essentiellement sur des adultes, elle existe également.

Vous m'excuserez mais je suis toujours un peu suspicieuse quand on me parle de maladie... Que je sache nous sommes tous des névrosés, ce qui ne signifie pas que nous soyons tous malades.
D'un côté vous dites que les études ont porté sur les adultes, de l'autre vous affirmez que ca existe chez l'enfant. Comment pouvez-vous être aussi sûr de vous ?? Est-ce que vous pourriez au moins nous donner les références des études scientifiques dont vous parlez ?

astro52 a écrit:
Contrairement à ce que pense Charlène, les élèves comprennent très bien que les règles ne s'appliquent pas de la même façon dans certains cas si on leur explique pourquoi.

Je n'ai pas dis que je ne comprenais pas ca. Bien sûr si un enfant est visiblement pas comme les autres ou si il est handicapé, les autres vont le comprendre. Mais si c'est juste un pétage de plomb, il y en a beaucoup qui vont s'engouffrer dans la brèche. On voit ca chaque jour!
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
astro52



Inscrit le: 02 Jan 2007
Messages: 17
Localisation: 51, 52

MessagePosté le: 14 Jan 2007, 11:34 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
Et bien non, les autres ne s'engouffrent pas dans la brèche. La classe suit quand ça s'inscrit dans la continuité d'une dérive collective, pas quand c'est un comportement individuel dont ils sont très éloignés.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
 
Charlène



Inscrit le: 20 Déc 2006
Messages: 16

MessagePosté le: 19 Jan 2007, 6:35 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
astro52 a écrit:
Et bien non, les autres ne s'engouffrent pas dans la brèche. La classe suit quand ça s'inscrit dans la continuité d'une dérive collective, pas quand c'est un comportement individuel dont ils sont très éloignés.

Imaginons que ce "comportement individuel" qui perturbe tout le monde soit multiplié par 10 élèves dans la même classe, comment faites-vous ??
Crying or Very sad
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
astro52



Inscrit le: 02 Jan 2007
Messages: 17
Localisation: 51, 52

MessagePosté le: 19 Jan 2007, 7:11 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
Ce sont des cas heureusement très rares, il est assez peu probable d'en avoir 2 dans la même classe, alors certainement pas 10. Et puis ce sont des enfants qui fonctionnent par crises. En dehors des phases de crises ils sont souvent adorables. Si on en avait plusieurs, ils ne seraient pas en crise en même temps pour autant.
C'est avec les enfants très mal élevés que c'est plus difficile car ils peuvent être majoritaires dans une classe et même s'ils vont moins loin, ils ne s'arrêtent jamais et ne reconnaissent jamais leur tort.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
 
Charlène



Inscrit le: 20 Déc 2006
Messages: 16

MessagePosté le: 3 Fév 2007, 3:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
astro52 a écrit:
C'est avec les enfants très mal élevés que c'est plus difficile car ils peuvent être majoritaires dans une classe et même s'ils vont moins loin, ils ne s'arrêtent jamais et ne reconnaissent jamais leur tort.

On est d'accord.
Je viens de relire un peu... J'ai l'impression de nager dans un certain quiproquo avec vous : dans le fond j'ai l'impression que nous sommes plutôt d'accord sans le savoir!
Mais je vous trouve quand même très affirmatif avec cette histoire d'enfant border-line. Vous n'avez pas répondu à ma question : quelles références scientifiques détenez-vous??

Bien à vous
Charlène
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Charlène



Inscrit le: 20 Déc 2006
Messages: 16

MessagePosté le: 3 Fév 2007, 3:08 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
Je crois aussi que je me suis mal fait comprendre :

Quand j'ai dit que certains s'engouffrent facilement dans la brèche, je veux parler de tous ceux qui ont un sal comportement et qui le font passer pour un pétage de plomb dans le sens où ce serait plus fort qu'eux et qu'ils ne seraient pas responsables, les pauvres chéris... Je veux dire que l'excuse de la pathologie est d'après moi trop souvent avancée. Maintenant, si c'est vraiment le cas, c'est autre chose...
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
astro52



Inscrit le: 02 Jan 2007
Messages: 17
Localisation: 51, 52

MessagePosté le: 4 Fév 2007, 3:09 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
Charlène a écrit:
Quand j'ai dit que certains s'engouffrent facilement dans la brèche, je veux parler de tous ceux qui ont un sal comportement et qui le font passer pour un pétage de plomb dans le sens où ce serait plus fort qu'eux et qu'ils ne seraient pas responsables, les pauvres chéris...


Non, franchement ça ne me semble pas possible parce que pour faire ça de manière crédible il faut une maturité qu'un enfant n'a pas. En face, il y a toute une palette de professionnels (plusieurs enseignants, un psy, etc...) donc un "imposteur" serait vite démasqué.
Et puis il n'y a aucune comparaison possible car un élève qui a un sale comportement l'a en permanence, ce qui n'est pas la cas d'un élève malade qui aura plutot des changements d'état soudain.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Etat de droit  (forum) -> Education nationale / école primaire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Etudes 2007 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (1) : la Palme... (3 juil.)

Fermeté à l'école : 1 sur 8 000 000 000 (15 juil.) France, terre de répression ? (août)

La loi Dati ne fera pas date (sept.) Les droits des enfants de nouveau bafoués (oct.)

Bulletins Officiels de l'Education Nationale (2) (nov.) L'Etat de droit en France (déc.)

Etudes 2008 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (3) : les 10... (janv.)

Réforme de l'école : les fausses bonnes idées (févr.) Rétention de sûreté [...] (mars)

Parents d'élèves : le pouvoir [...] (avril) Autorité : le lavage des cerveaux [...] (mai)

Obéissance, désobéissance... (juin) L'autorité du professeur : histoire d'un rapt (juil.)

Victor Hugo, l'autorité et le pouvoir (1) (août) Victor Hugo, l'autorité [...] (2) (sept.)

2009 / 2011 Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (fin 2008 / déb. 09)

Violences scolaires : ils SAVAIENT... (mai 09) Quand trop de droits tue le droit (août)

Education nationale : l'inertie... (jan. 10) Violences scolaires - peur à l'école (fev. 10)

Etat de droit et autorité (juin 11) Moralisme français - pragmatisme anglais (août 11)

Propositions majeures Pourquoi remanier la Convention des droits de l'enfant ?
Accroître le pouvoir du professeur vis-à-vis des élèves, avec limites et garde-fous.
Réhabiliter les punitions et les sanctions à l'école avec retenue et discernement...

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

état de droit + réformes : éducation, droits, justice sociale

© Etat de droit — Jean-Yves Willmann — 2006-2015