Etat de droit (accueil)
Principes
Enfant
Droits
indiscipline à l'école | violences à l'école | autorité à l'école

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

réforme de la justice pénale et civile en Franceréformes dans la société française 
 et autorité de l'Etat

réforme de l'école primaire et de l'éducation nationale

[29 octobre 2006]

Proposition  E17  Proposition complète

Pourquoi

Pourquoi

Mettre fin au Parlement des enfants et à toute l'organisation qui l'entoure chaque année pendant des mois (en le remplaçant, éventuellement, par un processus plus sobre à l'occasion des cours d'éducation civique).

A cet égard, encourager dans les écoles maternelles et élémentaires, de temps à autre, la récitation ou l'écriture de petites phrases visant à aider les écoliers à discerner les notions de «Bien» et de «Mal» — les professionnels étant invités à trouver une ligne commune au préalable, éventuellement en concertation avec les parents d'élèves — puis à privilégier et promouvoir le «Bien» tel qu'il aura été, sinon parfaitement défini, du moins appréhendé collectivement dans ses contours les plus évidents.

?

?

Il n'y a que les apparences qui sont dorées. Dans la continuité d'autres disproportions, des centaines d'écoliers se font appeler chaque année : députés-juniors voire jeunes députés, le temps d'un Parlement des enfants qui se réunit à la fin de chaque année scolaire depuis 1994 sur les bancs de nos vrais députés.
  Tant qu'on y est, pourquoi ne pas appeler ces derniers : écoliers-séniors ! Ou : vieux potaches ! Et le Président de la République : le Prés' de la Rèp ! Et le juge des enfants : jeu-de-loi ! Et le juge d'application (des peines) : Juda !… Tant qu'on y est, pourquoi en effet ne pas tout inverser, ne pas tout déformer, ne pas tout confondre ? Après tout, les professeurs se font bien appeler (au mieux) : « profs ». [Cf. à cet égard la Proposition E18.]

Etat de droit présente ses excuses à tous pour avoir omis quelques syllabes...


  Mais comme dirait Pascal Bruckner : dans cet enthousiasme pour la puérilité, ce sont les jeunes qui sont sacrifiés, car les aînés ont pris leur place (Figaro magazine, novembre 2005).

Dans cette histoire saugrenue de parlementaires impubères, on retiendra surtout qu'ils sont aiguillés du début jusqu'à la fin, et pas forcément dans le bon sens. D'une année sur l'autre, comme par hasard, on retrouve approximativement les mêmes «propositions de loi» autour des mêmes thèmes. Et bon nombre — on s'en serait douté... — visent à augmenter le pouvoir des élèves. Petit aperçu des seules demandes parvenues à l'Assemblée nationale en 2002 et 2003 : rendre obligatoire les conseils municipaux d'enfants ; le Conseil des Elèves sera composé d'un élève par classe et de deux adultes [et prend des décisions] ; chaque classe de cycle 3 doit élire un délégué et un suppléant pour siéger au conseil d'école [...] et prendre part au vote des décisions ; etc.
  Les enfants ne grignotent pas seulement la place des adultes : ils veulent s'y mettre. Ça encore, c'est normal. Ce qui l'est beaucoup moins, c'est l'inverse ! Or, parmi ceux qui convient gaiement les écoliers à supplanter leur maîtresse figurent d'éminentes personnalités. (Le jury national qui retient les «propositions de loi» finalement soumises au vote du Parlement des enfants est composé de sommités désignées par le ministre de l'Education nationale et le Président de l'Assemblée nationale.) Le gros piège, dans cette mascarade, c'est que pour cinq cents et quelques élèves qui se retrouvent sur les bancs de l'hémicycle, ce sont des dizaines de milliers que l'on pousse chaque année à se demander comment ils pourraient encore accroître leur pouvoir et encore diminuer celui des adultes. L'éducation à la revendication permanente, juste avant d'arriver au collège... Et l'on s'étonnera ensuite de les voir militer à l'école, banderoles à la main ! [Cf. l'exemple de Grasse.]
  C'est pourquoi, tout sympathique d'apparence qu'il soit, ce Parlement des enfants contribue au plus mauvais des conditionnements : celui qui réduit nos élèves à n'être jamais satisfaits, à s'imaginer au-dessus de leurs parents et professeurs. Est-ce cela que nous voulons : une «république» infantile ? Une chose est sûre, elle ne sera ni compétente ni démocratique. En attendant, quand UN écolier est considéré comme un député, recevant honneurs et cadeaux-souvenirs, vingt-cinq restent à la maison. (Et bien davantage, en fait, si l'on compte les classes dont le projet n'a pas été retenu.) La jalousie y puise bien plus de combustible que la fierté.
  A ce sujet, si l'on questionne un peu les uns et les autres, on peut discerner deux tendances bien distinctes : beaucoup d'adultes souhaiteraient que ce Parlement des enfants perdure ; la plupart des adolescents préfèreraient qu'il disparaisse. Les premiers semblent s'en faire une plaisante idée ; les seconds l'ont vécu de près ou de loin. C'est la différence qu'il y a entre le fantasme et la réalité.

Alors regardons-là justement d'un peu plus près, cette réalité... Le 17 mai 2003, à un délégué de classe qui exprimait ses inquiétudes concernant le racket et la drogue aux abords des collèges, le ministre de l'Education nationale répondit : comptez sur nous, les adultes, pour vous protéger ! [...] vous devez aller voir votre professeur. Lui, je peux te le garantir, il vous aidera. Il vous répondra et vous protégera (extrait du compte-rendu intégral du Xe Parlement des enfants). Si seulement c'était vrai ! Quand on demande à un Élève (en chef) de bien vouloir accepter de cesser ses agressions — non pas aux abords mais à l'intérieur de l'établissement — et qu'il récidive dans la demi-heure, que fait-on ? On continue la discussion ?… C'est ce que les textes nous ordonnent de faire. Mais hélas à la longue le problème s'aggrave. Alors quoi ? On essaye de contraindre ?… Fichtre non ! Les mêmes Instructions ne nous y autorisent point et ce type d'Élève s'en fait régulièrement l'écho.
  Aussi, à partir du moment où la plus petite contrainte est bannie, on ne peut contenir les conflits que s'ils restent mineurs (et encore : provisoirement) ; sûrement pas une fois qu'ils sont devenus importants. Du coup, en garantissant à nos jeunes élèves ce que les faits démentent chaque jour un peu plus, nous risquons surtout de développer en eux le sentiment d'être trahis. Et c'est ce qui se passe, ils ne sont pas dupes : la violence, on en entend parler tout le temps, mais on ne fait rien pour lutter contre [...] nous avons compris qu'il fallait que nous nous prenions en main tout seuls. (Extrait d'une «proposition de loi» présentée par les élèves de CM2 d'une école de Guyane, lors de ce même Xe Parlement des enfants. Elle fut examinée au matin du 17 mai 2003, AVANT que le ministre ne s'exprime.)
  La solution préconisée est par définition... enfantine ; mais le constat initial est juste. Honte à nous ! Nous les avons mis dans de beaux draps avec nos conventions, nos lois, nos règlements, qui prétendent défendre l'individu en occultant la collectivité. Face à ce magistral décalage entre la vision d'un ministre et le sentiment des élèves, voici comment s'intercalait l'avis d'une professeur d'anglais des quartiers Nord de Marseille : Ils n'ont aucune idée — mais aucune idée ! — de ce qu'on vit au quotidien. Ils ne savent rien des élèves qu'on a en face de nous. Ils sont dans un autre monde. (Source : Le Monde du 18-19 mai 2003 ; cette professeur de lycée de 37 ans faisait allusion à des débats menés par le ministère.)
  Pour une fois, les distances sont bien respectées !

Certains, néanmoins, pourraient rétorquer que les enfants, après tout, peuvent avoir de très bonnes idées pouvant conduire à de vraies propositions de loi, puis à de réelles évolutions législatives (ce qui s'est déjà produit). Alors pourquoi s'en priver ? Eh bien, sous la forme actuelle, pour au moins deux raisons :
  Tout d'abord, rien n'empêche de récolter des idées d'enfants par d'autres biais que celui de ce processus annuel conduisant à la constitution d'un Parlement des enfants. Et c'est précisément ce que prévoit la Proposition E17. Les inconvénients en moins : c'est-à-dire sans que la nécessaire distance entre enfants et adultes ne soit brisée — laissant croire aux premiers qu'ils seraient déjà à même, dès l'âge de 10 ans, de prendre la place des seconds et de revendiquer tout ce qui leur passe par la tête — et sans la dépense inutile que constitue toute cette organisation, cette mobilisation de nombreux fonctionnaires pendant des mois et ces voyages aller-retour jusqu'à Paris de centaines d'écoliers venant des quatre coins de la France, D.O.M. compris. (On aurait pu trouver meilleure affectation de l'argent des contribuables...)
 
  Par ailleurs, quand bien même nos chers enfants auraient de bonnes idées, les adultes en tiennent-ils compte ? Prenons l'exemple du VIe parlement des enfants (mai 1999). Dans l'exposé des motifs de la «proposition de loi» N° 2, les écoliers font d'abord part de récents faits graves qui se sont produits dans leur classe de CM2 et dans un environnement proche : trois écoliers victimes de racket ; fortes menaces contre un autre (pour lui voler son ballon de basket) ; le frère d'un autre qui se fait fracturer le bras par des collégiens (pour avoir refusé le racket aux devoirs) ; une fille qui se fait frapper par des adolescents. Que demandent alors les élèves de cette classe ? PLUS de sanctions et de fermeté. Dans le détail :
Le droit pénal doit considérer le racket comme un délit.
Les écoles doivent travailler avec les services de police pour qu'une prévention du racket soit faite chaque année dans les classes de CM2 et cela en présence des parents des élèves.
Les élèves des classes de CM2 doivent informer à leur tour les plus jeunes de l'école (...).
Question : les a-t-on entendus ? Réponse : NON. C'est dire toute l'utilité de les réunir en grande pompe...


Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Etudes 2007 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (1) : la Palme... (3 juil.)

Fermeté à l'école : 1 sur 8 000 000 000 (15 juil.) France, terre de répression ? (août)

La loi Dati ne fera pas date (sept.) Les droits des enfants de nouveau bafoués (oct.)

Bulletins Officiels de l'Education Nationale (2) (nov.) L'Etat de droit en France (déc.)

Etudes 2008 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (3) : les 10... (janv.)

Réforme de l'école : les fausses bonnes idées (févr.) Rétention de sûreté [...] (mars)

Parents d'élèves : le pouvoir [...] (avril) Autorité : le lavage des cerveaux [...] (mai)

Obéissance, désobéissance... (juin) L'autorité du professeur : histoire d'un rapt (juil.)

Victor Hugo, l'autorité et le pouvoir (1) (août) Victor Hugo, l'autorité [...] (2) (sept.)

2009 / 2011 Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (fin 2008 / déb. 09)

Violences scolaires : ils SAVAIENT... (mai 09) Quand trop de droits tue le droit (août)

Education nationale : l'inertie... (jan. 10) Violences scolaires - peur à l'école (fev. 10)

Etat de droit et autorité (juin 11) Moralisme français - pragmatisme anglais (août 11)

Propositions majeures Pourquoi remanier la Convention des droits de l'enfant ?
Accroître le pouvoir du professeur vis-à-vis des élèves, avec limites et garde-fous.
Réhabiliter les punitions et les sanctions à l'école avec retenue et discernement...

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

état de droit + réformes : éducation, droits, justice sociale

© Etat de droit — Jean-Yves Willmann — 2006-2015