Etat de droit (accueil)
Principes
Enfant
Droits
indiscipline à l'école | violences à l'école | autorité à l'école

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

réforme de la justice pénale et civile en Franceréformes dans la société française 
 et autorité de l'Etat

réforme de l'école primaire et de l'éducation nationale

Editée le 20 septembre 2006

EXPLICATIONS 

Proposition E16

Proposition E16

Officialiser entre le professeur et l'élève une différence hiérarchique équivalente à celle existant entre l'inspecteur et le professeur.

Commencer par réaffirmer en préambule — dans le décret qui porterait création de cette nouvelle différenciation hiérarchique — que l'élève ne saurait être l'égal du professeur (ou de tout adulte chargé de sa formation ou de son encadrement) : non seulement en termes de savoir et compétences, mais aussi de responsabilités et statut.

Cette clarification aurait pour vocation première de justifier que les personnels scolaires aient davantage de moyens d'action que leurs élèves [ce qui n'est plus évident à l'heure actuelle...], facilitant l'acceptation par ces derniers des autres propositions allant dans ce sens.

Par ailleurs, puisque les professeurs doivent respecter certaines formules de politesse à l'égard de leurs inspecteurs (et vice versa quoique avec moins de formalisme...), les élèves se devraient dorénavant de respecter des formules de politesse équivalentes à l'égard de leurs professeurs. (La réciproque serait bien sûr demandée, mais à quelques nuances près dans la mesure où un même degré de politesse ne s'exprimera pas nécessairement de la même façon de la part d'un professeur en direction de ses élèves qu'en sens inverse.) Toutefois, afin de ne pas sombrer dans l'obséquiosité, les actuelles formules révérencieuses (notamment pour toute demande écrite auprès d'un inspecteur : j'ai l'honneur de solliciter de votre bienveillance) seraient abandonnées au profit de formules plus sobres (du type : je souhaiterais s'il vous plaît).

 

Concrètement, les quelques recommandations suivantes devraient figurer dans une simple circulaire à l'attention des personnels scolaires, chargés de les faire appliquer (et tenus de les appliquer eux-mêmes) au quotidien :

— Elèves et professionnels auraient l'obligation de respecter les uns envers les autres des marques de politesse élémentaire, les professeurs ne devant pas oublier de saluer leurs élèves en début de cours (ou de journée) ni d'utiliser un vocabulaire toujours correct en leur présence [au sens du petit code de déontologie prévu en E14], les élèves devant prendre l'habitude d'intégrer à leurs demandes ou réponses des formules simples de politesse (merci — s'il vous plaît — Madame — Monsieur — est-ce que je peux... — etc.).

— Aucun élève ne devrait pouvoir se permettre d'entrer en salle des maîtres ou des professeurs, surtout sans frapper, sauf exceptionnellement (sur demande expresse d'un enseignant et si cela ne dérange pas ses collègues, ou en cas d'urgence véritable n'ayant pas encore été porté à la connaissance des adultes).

— Les enseignants du primaire comme du secondaire devraient toujours avoir une salle différente de celle de leurs élèves pour se restaurer : en cas de difficulté, une solution aussi rapide que possible devrait être trouvée, si nécessaire en relation avec les services publics locaux compétents.

Supprimer, dans la foulée, le conseil des délégués pour la vie lycéenne [pour la raison suivante] tout en confirmant la nécessité de remodeler la composition ainsi que le fonctionnement des conseils de discipline (dans le sens de la Proposition E2).

Proscrire également l'emploi de «médiateurs» attitrés dans les établissements scolaires (deux personnes en conflit ayant toujours la possibilité de choisir d'un commun accord une tierce personne acceptant de jouer ce rôle).

S'assurer qu'en contrepartie les professeurs accèderont aussi promptement que possible aux demandes d'entretien formulées par les parents en vue d'évoquer la situation personnelle de leur enfant.


Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Etudes 2007 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (1) : la Palme... (3 juil.)

Fermeté à l'école : 1 sur 8 000 000 000 (15 juil.) France, terre de répression ? (août)

La loi Dati ne fera pas date (sept.) Les droits des enfants de nouveau bafoués (oct.)

Bulletins Officiels de l'Education Nationale (2) (nov.) L'Etat de droit en France (déc.)

Etudes 2008 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (3) : les 10... (janv.)

Réforme de l'école : les fausses bonnes idées (févr.) Rétention de sûreté [...] (mars)

Parents d'élèves : le pouvoir [...] (avril) Autorité : le lavage des cerveaux [...] (mai)

Obéissance, désobéissance... (juin) L'autorité du professeur : histoire d'un rapt (juil.)

Victor Hugo, l'autorité et le pouvoir (1) (août) Victor Hugo, l'autorité [...] (2) (sept.)

2009 / 2011 Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (fin 2008 / déb. 09)

Violences scolaires : ils SAVAIENT... (mai 09) Quand trop de droits tue le droit (août)

Education nationale : l'inertie... (jan. 10) Violences scolaires - peur à l'école (fev. 10)

Etat de droit et autorité (juin 11) Moralisme français - pragmatisme anglais (août 11)

Propositions majeures Pourquoi remanier la Convention des droits de l'enfant ?
Accroître le pouvoir du professeur vis-à-vis des élèves, avec limites et garde-fous.
Réhabiliter les punitions et les sanctions à l'école avec retenue et discernement...

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

état de droit + réformes : éducation, droits, justice sociale

© Etat de droit — Jean-Yves Willmann — 2006-2015