Etat de droit (accueil)
Principes
Enfant
Droits
indiscipline à l'école | violences à l'école | autorité à l'école

 

 

 

Etat de droit

 

 

 

réforme de l'école primaire et de l'éducation nationaleréforme de la justice pénale et civile en France

FORUM

 

S'enregistrer  S'enregistrer Se connecter pour vérifier ses messages privés  Se connecter pour vérifier ses messages privés      Connexion  Connexion
Profil  Profil      FAQ  FAQ      Rechercher  Rechercher      Groupes d'utilisateurs  Groupes d'utilisateurs
Syndrome d'Outreau à l'école

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet   Etat de droit  (forum) ->  Education nationale / école primaire
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Vincent12



Inscrit le: 12 Oct 2011
Messages: 5

MessagePosté le: 12 Oct 2011, 6:34 pm    Sujet du message: Syndrome d'Outreau à l'école Répondre en citant
 
Dans l'établissement où je travaille, j'ai pu observer des dysfonctionnements dans la manière dont est recueillie la parole de l'enfant ou de l'adolescent. J'ai inventé cette expression "syndrome d'Outreau" car il me semble que ce qui se passe dans mon établissement n'est pas un phénomène isolé mais fait réellement système. J'essaye de comprendre les origines de ce phénomène, mais vous allez peut-être m'éclairer. Dans un établissement tel que le mien, la parole du jeune (enfant ou ado) est sacralisée, elle finit par se substituer au réel. Le directeur de mon établissement, qui est psy, tient à ce principe comme à la prunelle de ses yeux. Il nous a expliqué que "Tant qu'il serait là il serait toujours très à l'écoute de l'élève". L'idée d'écouter l'élève ne me choque pas. Là où je ne suis plus d'accord, c'est quand cette parole devient sacrée, la seule écoutée, qu'elle vient se substituer aux faits et au réel, et qu'on l'utilise parfois pour mettre en difficulté les professionnels. Il me semble que, dans tous les métiers où on travaille avec des enfants, des ados, ou des handicapés, ce type de problème se pose. La personne qui est en situation de pouvoir (proviseur, directeur d'établissement, juge), qui fait parler un enfant ou un adolescent, se met en empathie avec ce dernier, et quand celui-ci accuse un professionnel, va toujours avoir tendance, en l'absence de preuves, dans le doute, à se ranger du côté de l'enfant, de l'ado. Pourquoi? D'abord il s'agit d'une forme de vanité : on oublie l'esprit de justice pour se faire justicier, il y a une forme d'orgueil angélique. Ensuite, on a tellement peur de laisser passer une maltraitance qu'on va préférer se mettre du côté de l'enfant ou de l'ado plutôt que de défendre le professionnel, quitte à commettre un injustice. De plus, il y a une forme de lâcheté : les responsables d'établissements scolaires ont tellement peur des plaintes des parents qu'ils préfèrent sortir le parapluie, quitte à accuser à tort un professionnel. C'est, me semble-t-il, ce qu'il s'est passé à Outreau : la parole des enfants a été survalorisée et la nécessaire prudence a été oubliée. Ce qu'il m'est arrivé n'est pas très grave, mais significatif : mon directeur, un jour, m'a accusé d'avoir été "méprisant" avec un élève. C'était évidemment faux. Il se basait, pour m'accuser, sur la parole d'un jeune, transmise probablement par un éducateur. Il m'annonce d'emblée qu'il m'envoie la conseillère pédagogique tout en me menaçant, si je refusais, de convoquer l'inspectrice, et tout en me signifiant qu'il pourrait très bien décider de me priver de classe. Je n'ai pas pu savoir de quel élève il s'agissait, ni quel éducateur avait fait remonter l'affaire, ni ce qu'avait dit l'élève exactement! On protégeait l'élève et on voulait m'empêcher de tirer les choses au clair. Bien sûr, le directeur n'a pas jugé utile de me demander ma version de l'affaire, de vérifier auprès du professionnel que je suis si les faits imputés étaient vrais ou pas. J'en ai conclu que le point de vue du professionnel ne l'intéressait pas, qu'il s'en tenait à la version de l'élève, qui pour lui était la vérité. On est là dans le plus pur fantasme. Ce directeur d'établissement semble ne vouloir entendre que la parole des élèves, et néglige le plus souvent de demander aux professeurs que nous sommes de lui donner la version des faits. Du coup, on est souvent obligés de prendre les devants et d'aller dans son bureau pour le forcer à nous entendre quand il y a eu un problème avec l'élève, avant qu'il n'interroge l'élève. Mais, le plus souvent il ne semble pas avoir envie de nous entendre, la réaction étant souvent de la mauvaise foi. Ce mode de fonctionnement, je pense, existe dans beaucoup d'établissements. On survalorise la parole de l'élève, qui est quasi sacralisée, et on récuse la parole de l'adulte, comme si la parole de l'élève était à priori fiable et que celle de l'adulte faisait l'objet d'un soupçon systématique. Ce qui explique ce comportement, selon moi, c'est qu'on accorde à l'élève (particulièrement dans mon établissement) un statut de victime à priori et que donc, naturellement, en cas de mise en cause d'un professionnel par l'élève, on va se mettre du côté de l'élève, car il est "naturel" de se mettre du côté de celui qui est victime. Ce directeur ne s'est pas gêné pour appeler mon inspectrice devant laquelle j'ai dû me justifier. J'ajoute que ce type de problème peut prendre des proportions graves : un éducateur de mon établissement, il y a quelques années, avait été accusé à tort un d'avoir violé une adolescente... Je trouve ce mode de fonctionnement assez inquiétant et, surtout, j'ai compris qu'il fallait me défendre, me renseigner sur mes droits, montrer les dents. Je pourrai, dans un prochain message, donner d'autres exemples de la manière dont la parole de l'enfant et de l'adolescent est sacralisée dans mon établissement et plus généralement dans l'Education Nationale.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Etat de droit
Administrateur


Inscrit le: 02 Oct 2006
Messages: 87

MessagePosté le: 14 Oct 2011, 7:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant
 
Bonjour et bienvenue !

Il me semble que vous trouvez vous-même un certain nombre de réponses à vos propres questions. Je suis assez d'accord avec plusieurs de vos hypothèses.

Sur la "lâcheté" d'un directeur d'école ou chef d'établissement, j'ai eu le même sentiment que vous parfois mais je peux aussi leur trouver des excuses :
http://www.etatdedroit.fr/Temoignages/ecole-mensonges-et-violences-par-JY-Willmann.php#directrice-d-ecole

...même si l'augmentation de la violence en est l'inévitable conséquence :
http://www.etatdedroit.fr/Education/pouvoir-des-parents-d-eleves.php
(Soulignée en conclusion de cette petite étude.)

Mais - je me tue à le répéter ! - la cause majeure de tout ce gâchis est à rechercher dans les textes réglementaires... :
http://www.etatdedroit.fr/Education/les-10-pires-BO-de-l-Education-nationale.php

...que je me propose de faire évoluer :
http://www.etatdedroit.fr/Education/reforme-de-l-education-nationale.php

Par exemple, pour faire face à un chef d'établissement qui aurait un comportement abusif, ma proposition E2 apporte des solutions :
http://www.etatdedroit.fr/Education/Proposition-E2-Pouvoir-collegial-a-l-ecole.php

(Les propositions E5, E14 et E16 la complètent.)

Mais voilà, pour l'instant mes propositions n'ont pas beaucoup d'échos ! Ou bien elles sont déformées... Les professionnels qui abusent de leur pouvoir peuvent donc - comme les élèves - rester impunis.
 Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Etat de droit  (forum) -> Education nationale / école primaire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Peut-on soutenir le site Etat de droit facilement ? OUI et c'est gratuit !

Etudes 2007 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (1) : la Palme... (3 juil.)

Fermeté à l'école : 1 sur 8 000 000 000 (15 juil.) France, terre de répression ? (août)

La loi Dati ne fera pas date (sept.) Les droits des enfants de nouveau bafoués (oct.)

Bulletins Officiels de l'Education Nationale (2) (nov.) L'Etat de droit en France (déc.)

Etudes 2008 Pires Bulletins Officiels de l'Education Nationale (3) : les 10... (janv.)

Réforme de l'école : les fausses bonnes idées (févr.) Rétention de sûreté [...] (mars)

Parents d'élèves : le pouvoir [...] (avril) Autorité : le lavage des cerveaux [...] (mai)

Obéissance, désobéissance... (juin) L'autorité du professeur : histoire d'un rapt (juil.)

Victor Hugo, l'autorité et le pouvoir (1) (août) Victor Hugo, l'autorité [...] (2) (sept.)

2009 / 2011 Sanctions à l'école : pourquoi ça bloque toujours ? (fin 2008 / déb. 09)

Violences scolaires : ils SAVAIENT... (mai 09) Quand trop de droits tue le droit (août)

Education nationale : l'inertie... (jan. 10) Violences scolaires - peur à l'école (fev. 10)

Etat de droit et autorité (juin 11) Moralisme français - pragmatisme anglais (août 11)

Propositions majeures Pourquoi remanier la Convention des droits de l'enfant ?
Accroître le pouvoir du professeur vis-à-vis des élèves, avec limites et garde-fous.
Réhabiliter les punitions et les sanctions à l'école avec retenue et discernement...

Vidéos La réforme de l'école et l'autorité du professeur (extraits d'interview).

état de droit + réformes : éducation, droits, justice sociale

© Etat de droit — Jean-Yves Willmann — 2006-2015